Liaison Lycée – Université : rencontre avec des professeurs-documentalistes du Supérieur

Madame Dominique Chabant : Professeur documentaliste au Centre de Ressources IUFM Liégeard (rattaché à l’Université)

  • situation :

Les préoccupations des usagers ont évolué : les étudiants qui se destinent à l’enseignement doivent à la fois préparer le concours et valider leur Master.

La rédaction du mémoire : le travail avec les universitaires est complexe. Des différences se font jour au sujet de la distinction établie entre la recherche scientifique et la recherche documentaire.

  • compétences info -documentaires :

Les attendus sont différents. La rédaction d’un mémoire de recherche suppose des compétences info -documentaires avancées. Beaucoup d’universitaires considèrent que ces compétences sont, au niveau du Master, déjà acquises. On constate malheureusement de nombreuses disparités dans les pratiques des étudiants. En effet, les compétences info -documentaires nécessitent une pratique régulière tout au long du cursus scolaire, ce qui est loin d’être encore le cas.

  • La formation dans le Supérieur :

Comme dans le secondaire, les partenariats sont difficiles à mettre en place. Le rôle du professeur documentaliste n’est pas toujours bien reconnu par les enseignants. Il se heurte aux problèmes de temps, de méthodes, de concepts. Les lacunes les plus criantes se révèlent en Master où les étudiants doivent fournir un travail de recherche conséquent. De nombreuses formations à la recherche documentaire existent au sein des BU mais seule la mise en oeuvre d’un véritable cursus en info -documentation peut garantir une formation solide de tous les étudiants.

 

 

 

 

Madame Dominique Laredo : professeur documentaliste BU de Sciences Campus Valrose depuis 15 ans. Intervient de la L1 au D. Chargée de la revue de presse de l’UNS .

  • situation :

Formations/enseignements répartis par la Conservatrice de la BU Sciences entre 4 à 5 personnes : PRCE (professeur certifié affecté dans l’enseignement supérieur) + adjoint du Conservateur + bibliothécaire adjoint spécialisé + informaticien ou/et PRCE chargée du catalogage des thèses.

Difficile reconnaissance de la spécificité du métier de professeur – documentaliste en BU car :

Confusion entre les différents intervenants et leur niveaux de compétences / qualifications spécifiques.

« D’une manière générale, toutes les BU de Nice, quels que soient les campus, sont engagées dans une démarche très active de formation méthodologique auprès des étudiants, tous corps professionnels confondus. »

  • Le dispositif de formation :

A consulter ICI

Dispositif de formation méthodologique pour les L1 (plus de 350 étudiants concernés) : 1h 30 par groupes de 20 étudiants en moyenne, en salles informatisées.

Séances de formation en Licence et Master, TD et TP adaptées aux niveaux et aux filières avec supports de cours en ligne :

  • utilisation des ressources de la BU
  • interrogation des catalogues et du thésaurus
  • recherche documentaire et environnement numérique de travail
  • documentation électronique (bases de données, publications en ligne…)
  • recherches spécialisées (thèses, brevets…)
  • applications pratiques (dossiers, exposés, bibliographies…).

Les évaluations sont intégrées à la notation des UE concernées.

Mais aussi : des guides, outils et conseils en ligne :

  • Boussole du web de la BU
  • Etablir une bibliographie
  • Guides et outils documentaires

Depuis 2011 / 2012 :

Un portail documentaire et un scoop -it de veille

Monsieur André -Georges N’Fongang : professeur documentaliste, responsable des formations , BU UFR LASH -EC. Site Carlone

Monsieur N’Fongang prend en charge la formation en LMD avec Mme Aliette Boisivon (bibliothécaire)

Les heures de formation en L1 sont obligatoires, intégrée dans le cursus, pour 10 départements : entre deux et six heures au premier semestre.

UEL de 20 heures de formation en L1, L2, L3. En Master : pas de formation obligatoire mais dispositif de formation à la carte.

La salle de formation au RDC possède 16 postes ce qui permet d’organiser des petits groupes qui pourront manipuler. Il existe une seconde salle de formation au premier étage : au total 32 postes et 2 TBI.

Objectifs des formations :

  • Acquérir des méthodes de recherche de documentation et d’information de niveau universitaire.
  • Apprendre à maîtriser les outils de la recherche universitaire

Constatation : hétérogénéité des groupes selon les spécialités et les provenances, tous n’ont pas la même connaissance et une maîtrise égale des outils de travail numériques.

Contenu de la formation :

  • Séance de visite, découverte de l’ENT, utilisation du catalogue de la BU et du catalogue SUDOC
  • Réactivation des connaissances portant sur les mots -clés, les opérateurs de recherche
  • Principes d’évaluation des sources
  • Normes de rédaction de la bibliographie

Pas d’évaluation diagnostique. Mais Il existe une évaluation de la formation (contrôle continu et rattrapage).

Des modules libres du dispositif de formation à la carte portent sur :

  • Les outils de la recherche, les bases de données, présentation du catalogue, les outils de traitement de texte (tableur etc…)

En Doctorat : parcours scientifique en partenariat avec l’URFIST – 3 axes :

  • La recherche d’information, sa structuration
  • La communication (publication scientifique, utilisation des archives, thèses électroniques, utilisation avancée du traitement de texte)
  • La recherche avancée, le partage de signets : Délicious, Diïgo, et construction d’une veille scientifique

Le catalogue des BU de Nice

  • Tendance à la simplification de la recherche en amont.
  • Affinage par facettes comme dans e -sidoc, l’objectif est de ne pas rester sans résultat.
  • La recherche est corrigée au niveau de l’orthographe.

Le catalogue Sudoc (catalogue national du Supérieur)

  • Offre encore la possibilité de rechercher avec les opérateurs booléens.

Quelques observations des participants :

Charnière secondaire/ Supérieur :

  • Il faut explorer le catalogue, partir en « excursion ».
  • Sensibiliser les élèves de Terminale en plaçant le lien de la BU sur le portail e -sidoc
  • Qu’il s’agisse d’élèves de lycée, de collège ou d’étudiants, la problématique est la même : on remarque une pauvreté des contenus, d’où l’importance de la mise en place d’un curriculum. Le niveau hétérogène des étudiants sera toujours le même.
  • Les apprentissages info -documentaires doivent conduire les élèves à :

– Réfléchir à la pertinence des informations trouvées.

– Mettre en oeuvre une démarche exploratoire et analytique (ex : Wikipédia/ Universalis). « chercher, se tromper, revenir » : dans une société où l’on demande une réponse : il y a peu de place pour la démarche de recherche, pour le « brouillon », d’où l’expression de difficultés et une forme d’appréhension.

– Croiser et valider les hypothèses et les sources. Les élèves sont dans le chercher et trouver, pas dans le croiser et valider. Ils cherchent une réponse, mais le principe de la recherche, c’est de se tromper, de valider les hypothèses, croiser les sources et s’interroger.

– Se familiariser avec la citation des sources, obligatoire à l’Université.

– Travailler sur les mots -clés « mots -sujets » et sur la multiplicité des entrées dans la recherche demeure fondamental. Les opérateurs sont moins utiles.

-Travailler la notion de prise de notes, de copié -collé à partir de documents de collecte, ex : le brouillon « inédits », pour apprendre à reformuler.

-S’interroger sur le projet que l’on a.

Les notions à travailler dès le Secondaire :

Mémorisation. S’intéresser à la question mémorisation. Redonner une place à l’apprentissage actif et au « par coeur » car on a trop axé sur l’éveil, la réflexion.

Plagiat. Le concept de la traçabilité est fondamental dans le supérieur : il y a une éthique de la recherche à respecter.

Citation, restitution. Prendre en compte de nouvelles procédures dans l’évaluation.

Copié -collé. Débat autour de l’intérêt du copié -collé (d’après une étude danoise).

Pour aller plus loin : comportements de documentation sur Internet et plagiat

  • Un lien utile vers une enquête récente sur les comportements de documentation des étudiants sur Internet et les conséquences du plagiat recommandé par Mme LAREDO

\”HABITUDES DE DOCUMENTATION ET DE TRAVAIL SUR INTERNET ET COMPARAISON DE DONNEES ENTRE 2007 ET 2012\”, Anne Hamel -Lacroix & Fréderic Agnès. Enquête Compilatio.net – Avril -Mai 2012

Voir aussi le document joint qui a en amont permis d’enrichir les échanges.

Compte -rendu établi par Martine Lefebvre et Fabienne Rondet corrigé avec l’aimable autorisation des intervenants Madame CHABANT, Madame LAREDO, Monsieur N’FONGANG

Ce site Web utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation.
Aller au contenu principal