Objectifs : Découvrir et décrypter les médias d’actualités en ligne

Compétences globales à acquérir en fin de séquence : Être capable d’analyser un « tout en ligne » de presse, de comprendre sa particularité et de développer son sens critique dans le cadre de l’éducation aux médias 

Séance de 1h avec une classe de 1ère ES en demi -groupe

o Projection d'un Powerpoint : « Les tout en ligne »

o Mise en activité des élèves : distribution aux élèves d'un questionnaire à remplir
 
o Mise en commun à l'oral
 
L’objectif de la séance est de faire découvrir un média aux élèves : le pure player, récemment renommé dans un souci de francisation « tout en ligne ».
Pour justifier ce choix, il suffit de regarder la situation de la presse à l’heure actuelle :
Autrefois uniquement sur papier, les journaux adaptent leur contenu en ligne pour satisfaire un public plus large. Les nouvelles générations, d’après de nombreuses études (notamment celles d’Olivier Donnat1) abandonnent progressivement la lecture papier mais sont de plus en plus actifs sur la toile. Il est donc parfaitement logique qu’un média décide de ne publier qu’en ligne, puisque l’avenir semble prouver qu'à long terme, c’est là que les potentiels lecteurs seront en majorité. Le « tout en ligne » va donc probablement devenir un média incontournable pour les futurs citoyens que sont nos élèves.

Présentation du média « tout en ligne » :
 
Sans surprise, la très grande majorité des élèves ne lisent pas de presse sur format papier. Parmi les réponses entendues nous avons eu : l’Équipe, Var -Matin et les magazines people, ce qui est tout de même mieux que rien !
C’est non sans fierté qu’ils ont appris, durant la présentation, qu’ils appartenaient à une génération que l’on appelle "digital natives". Les sourires ont illuminé leurs visages adolescents à cette nouvelle, mais est retombé lorsque fut demandé : "vous savez donc sans doute ce qu’est un tout en ligne ?"
Il est surprenant de constater que malgré leur hyperconnectivité, les élèves ne connaissent pas ou très peu les sites "tout en ligne". Seul Médiapart éveille leur attention, le site faisant souvent parler de lui dans l’actualité.

Mise en activité :
 
Les élèves ont manifestement l’habitude de "balayer" l’écran dans leurs pratiques numériques. Ainsi, peu d’entre eux ont trouvé du premier coup les rubriques "articles les plus lus" ou les noms des auteurs, qui sont pourtant en page de Une. Ils semblent complètement guidés par l’image, la couleur, ce qui capte le regard, et surtout par ce besoin irrépressible d’aller vite et de finir vite sans prendre de temps pour se concentrer2. Trouver les moteurs de recherche interne des sites fut pour certains d’entre eux un vrai challenge !
Il fut nécessaire, tout au long de la mise en activité, de surveiller cette frénésie du clic chez les élèves qui se retrouvent vite propulsé, "grâce" aux liens hypertextes, publicité et blogs partenaires, sur des sites n’ayant aucun rapport avec la séance.
Le travail par deux a permis aux élèves de repérer plus rapidement les informations nécessaires pour répondre au questionnaire : Ils se guident mutuellement, cherchent ensemble sur  la page, communiquent et finalement parviennent à trouver l'information. Individuellement, il est probable que certains n’auraient pu aller au bout de l’exercice.
 
Mise en commun à l'oral
 
Les élèves ont globalement été surpris par la teneur, le ton et le sujet des articles, notamment sur le tout en ligne Rue89 qui tente évidemment de captiver le lecteur par toutes sortes de procédés visuels ou narratifs.
La plupart des élèves n’ont pas aimé l’interface visuelle de Médiapart, jugée "trop sérieuse et austère" (peu d’images et beaucoup de texte). Cependant, ils ont confié en fin de séance être "fatigués" à force de naviguer sur le tout en ligne Rue89 et le site du Monde. Non sans raison, car sur ces sites l’internaute est littéralement bombardé d’informations de tout types, qui mettent à l'épreuve notre perception visuelle et notre attention (articles, publicités, onglets, rubriques, vidéos, images, liens hypertexte, etc).
A la fin de la séance fut posée la question piège : "quels sont les sujets d’actualités du jour ?"
Après un silence assourdissant suivi de plusieurs "euh", les élèves ont davantage mentionné les articles qui les ont marqués3(parfois sans certitude, alors qu’ils ont passé 35 minutes sur les sites !) plutôt que ceux qui reflètent l’actualité récente.
Cette expérience est une preuve que la lecture numérique et le déferlement d’informations auxquels nous sommes confrontés sur Internet affecte réellement notre capacité à retenir l'information, et à l'apprécier4.
 
Point forts
 
  • Les élèves sont repartis du CDI en ayant découvert un nouveau média qui, à l’avenir, deviendra incontournable.
  • Ce travail sur un média tout en ligne peut être envisagé sous plusieurs aspects : évolution de la presse, découverte d'un média, analyse d'une page Internet, comparaison entre lecture en ligne et lecture papier, etc.
  • Cette séance peut être adaptée à toutes les spécialités, et permet le travail en interdisciplinarité.
  • Les élèves sont enthousiastes à l’idée de travailler sur un support en ligne, et sont acteurs de leurs apprentissages durant la séquence.
 
Point faibles
 
  • Les sites d’actualités sont régulièrement mis à jour et modifient souvent leurs interfaces ainsi que les sujets abordés, ce qui rend parfois difficile la préparation de séances.
 

1. Donnat, Olivier. Les pratiques culturelles des Français à l'ère numérique. Synthèse disponible en ligne sur : http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/doc/08synthese.pdf
 
2. Dans ses travaux, Thierry Baccino évoqué régulièrement la « saturation de l'information » ou « désorientation cognitive », quand le lecteur est perdu dans une masse d'information : en cherchant à atteindre rapidement son but, le lecteur navigue dans différents niveaux d'hypertextes et finalement perd de vue son but initial.
 
3. « Sur le web, le lecteur balaie rapidement les titres, initiant une lecture rapide, mais son attention est imparablement attirée par d’autres informations qui apparaissent en simultané et qui peuvent ou non avoir une pertinence pour lui. » Baccino, Thierry. Lire sur internet, est -ce toujours lire ? Disponible en ligne sur : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf -2011 -05 -0063 -011
 
4. « La compréhension d’un texte (et sa mémorisation) nécessite un temps assez long, qui permet de réaliser les associations nécessaires en mémoire à long terme (...) la redondance des informations présentées sous différents formats nuit à la mémorisation et à la compréhension. »  Ibid