Stage de basin des professeurs-documentalistes du 23 avril 2019  Fréjus/St Raphael

ORDRE DU JOUR

  1. Intégrer les neurosciences dans nos pratiques 
  2. La mise en place du quart d’heure de lecture dans les collèges
  3. Compte-Rendu de la formation des référents culture
  4. Réflexion sur la mise en place d’une tablette numérique par élève en lycée dans la Région Paca

 

  1. L’apport des neurosciences dans l’éducation

Livres références du jour :

-Docteur Catherine Gueguen Heureux d’apprendre à l’école chez Robert Laffont, 2014.

-E. Sander, H. Gros Neurosciences en éducation mythes et réalités, Retz 2018.

 

CR du livre de Sander :

Définition : étude scientifique du système nerveux, de sa structure à son fonctionnement, impliquant une interdisciplinarité. Ces études sont utilisées dans nombre de domaines. Depuis les années 60, les sciences cognitives se sont développées et ce sont elles qui nous intéressent le plus par rapport à l’Education Nationale.

Il est important de retenir le terme de « Plasticité du cerveau » : soit entraîner le cerveau sans cesse pour éviter un affaiblissement. Connexions neuronales : apprendre.

 Les recherches en neurosciences s’intéressent à :

L’attention, l’engagement, le retour d’informations, la consolidation, La mémoire, La stratégie d’organisation, Les troubles de l’apprentissage.

Ce livre qui aborde les « mythes et réalités » dans le domaine des neurosciences, parle du rapport entre éducation et neurosciences ainsi que des capacités cognitives et des idées reçues dans ce domaine.

Les différents thèmes abordés sont :

-Les processus de mémorisation, la transformation du cerveau toute la vie.

-La nécessité d’agir sur tous les apprenants dans tous les styles d’apprentissages (auditif, visuel).

- Les apprentissage plurimodales

- La multiplicité des facettes de l’intelligence.

- « Quand je dors, j’apprends » : sommeil favorable à la mémorisation, consolidation des connaissances acquises dans la journée.

-L’erreur : un cerveau performant fait des erreurs et s’adapte après. C’est un état de connaissances en évolution.

-Plus la motivation est forte plus la réussite scolaire suit (récompense externe ou interne).

-Se résigner : « l’amotivation » entrave les apprentissages.

-Lire sur écran plutôt que dans un livre : moins d’efforts de mémorisation quand on sait que l’information est à portée de la main.

- L’utilité des jeux vidéo d’action : développer le contrôle attentionnel de manière intéressante, apprendre plus vite.

 

Compte-Rendu sur la formation transversale du PAF concernant les neurosciences, les mécanismes Neurocomportementaux + Retour sur le livre de Gueguen.

Trois questions sont abordées :

Comment apprendre ? Attention, engagement actif, consolidation. Ne jamais donner aux enfants une double tâche : distribuer des copies et ne pas parler en même temps, par exemple.

–La concentration dure 15 minutes en moyenne. Une pause est nécessaire. Ne pas mettre trop d’affiches dans une salle pour ne pas dissiper l’attention visuelle des enfants et ne pas trop bouger pendant une séance.

–La manière dont on apprend : consolidation.

–Rôle des émotions dans l’apprentissage (freins ou moteurs)

Maturer le cerveau : empathie de l’enseignant.

-Compte-Rendu sur L’école du cerveau, de O. Houdé. Elle fait le point sur le développement des connaissances éducatives et cognitives au fil des siècles. Voir pièce jointe sur le Padlet.

https://padlet.com/v_grandjacques/8srd76zvbwbi

Une classe expérimentale est en ce moment mise en place à Gassin (collège). Les élèves de 4ème créent par exemple leurs propres tests d’évaluation. Retour dans une prochaine réunion de bassin car en cours d’expérimentation pour le moment.

Résumé de l’intervention des neurosciences par rapport à notre métier. Les mots-clés à retenir sont :

empathie

réinvestissement

culture professionnelle

bienveillance

ancrage, consolidation.

connaissance de soi

erreur positive

répétition,  reprise

se tester

 

https://framindmap.org/c/maps/700612/public

 

  1. Le quart d’heure de lecture :

C.R. d’expérience

Au collège de Saint-Tropez est mis en place l’opération « Lundi on lit ! »  

A 13h30 un appel micro est fait pour rassembler les élèves et les répartir dans les classes, le foyer, le CDI, l’étude voire un coin de la cour, afin de lire. Les professeurs sont tous bénévoles et encadrent les élèves : ils s’inscrivent sur un tableau en salle des profs. Les professeurs ne sont pas payés pour cet encadrement et cela pose problème.

Projet : pour la mise en place du 1/4 heure de lecture journalier, ils vont créer en concertation (la Principal, le CPE, la professeure-documentaliste) un planning diffusé sur Pronote et en salle des profs avec des roulements deux fois par mois pour varier afin d’éviter que le même professeur soit concerné plusieurs fois par cette action. Dans chaque salle, il y aura des vieux livres, des séries du CDI non utilisées et des photocopies d’articles de presse préparés par le professeur documentaliste. Le principe reste que les élèves aient en permanence un document à lire sur eux qu’il soit au programme (livre à lire demandé par un professeur de lettres) ou lecture plaisir.  Le CDI se tient à disposition évidemment pour tout emprunt. Ils vont déclencher une sonnerie spéciale qui lance le moment de lecture et qui met en exergue ce moment symbolique.

 

Remarque :

-Ceci n’est pas une circulaire ni un bulletin officiel. Obligation ?

-À Fréjus le quart d’heure est établi quotidiennement en école primaire de 14 heures à 14h15 (L’organisation est plus facile dans le primaire).

-Aucun établissement dans le bassin m’a mis en place officiellement ce quart d’heure de manière pérenne. Des réunions d’organisation ont été mise en place

-Les freins à la mise en place

Les enseignants voient l’intérêt de l’opération mais ils ne veulent pas voir leur temps de cours diminuer ni travailler bénévolement.

-Les propositions de solutions :

Décaler les horaires de sonnerie ?

En conclusion : beaucoup de tensions générées par la mise en place de ce quart d’heure et nécessité d’une analyse au cas par cas.

 

  1. Compte-Rendu de la formation des référents culture, stage du 4 avril dernier :

–Appel à projets (dispositif à mettre en place dès septembre, prévoir un paiement en avril juin)

-plan de formation DAC ou PAF, six axes :

–conférences « Théorie culturelle »

-Partenariats avec les structures de proximité

–Culture et société

–pratique en art et culture (spectacle, artiste)

–formation de formateurs

–ouverture : action culturelle avec l’actualité (pays frontaliers).

Parcours culturels :7 domaines pour les collèges et lycées.

Le principe voire l’espoir pour 2019-2020 est le 100 % EAC. Un PEAC par classe et par an dans les 7 domaines.

Trois aspects principaux : fréquentation, pratiques artistiques, rencontre avec un artiste.

Création de fiches d’activités à insérer dans le volet culturel de l’établissement.

 

4.Mise en place d’une tablette numérique en lycée dans la Région Paca

-Echanges sur la mise en place dans les lycées des tablettes numériques pour remplacer les manuels scolaires (plus-values ou pas pour les élèves, organisation, maintenance)