Auteurs :
  • Académie d'Orléans -Tours : LEPINOUX -CHAMBAUD Nadia, VERZI -BORGESE Séverine
  • Académie de Nice : MOUREN Didier, FRIZZOLE Jean -Marie, CHAINTRIER Pauline (professeurs documentalistes), COLINOT Philippe (Canopé Var)
  • Académie de Toulouse

Introduction - Problématique
Dans les récents débats en Éducation, des discussions apparaissent autour de la notion de la créativité pédagogique, pour renforcer les pratiques collaboratives entre les membres de la communauté éducative (enseignants, élèves, familles). L'une des possibilités envisagées est de s'appuyer sur les expériences des "fablab".
Un "fablab" (contraction de l'anglais fabrication laboratory) signifie littéralement un "laboratoire de fabrication". Conçu comme un lieu ouvert au public, offrant à la disposition de chacun, toutes sortes d'outils, notamment des machines -outils pilotées par ordinateur, il doit permettre de concevoir et réaliser des objets. Autrement dit, il s'agit d'un dispositif dont l'objet est de créer à plusieurs, des innovations qui peuvent ensuite être expérimentées facilement par des usagers, avec comme seule condition réaliser quelque chose qui soit utile.
Mettre en place un lab, c'est donc créer un espace ouvert et attractif qui vise à permettre aux personnes de concevoir, prototyper, mettre au point, tester, et utiliser un objet créé ou transformé. Des personnes qui viennent dans un lieu dédié, pour réfléchir, créer, ce quels que soient leur âge, leur profession, et leur niveau de maîtrise d'outils numériques.
Il est aussi à noter que ces espaces voulus comme "ressource communautaire"  constituent un réseau mondial de laboratoires locaux, devant respecter la charte des Fab Labs, mise en place par le Massachusetts Institute of Technology (MIT).
Dans une alternative à cette définition, il pourrait être créé au sein des établissements scolaires, qui accueillent élèves, équipe éducative, familles, un espace, avec une mise à disposition de ressources matérielles et humaines, un projet d'une fabrication concrète et des principes d'échange et de collaboration. Aussi, le lieu CDI comme centre de ressources documentaires (physiques et numériques) à destination de toute la communauté éducative, espace de formation pour les élèves et lieu de rencontres et d'échanges avec les manifestations culturelles qui y prennent place, semble être le lieu le plus adéquat.

Problématique :
Le CDI comme espace de formation peut -il devenir un nouveau lab ? Ce lieu  peut -il permettre de devenir un levier pour favoriser les apprentissages ? Et la place jouée par le CDI comme lieu ? Favorise t -il la créativité et l'intelligence collective ? Quelles pistes pour stimuler la création de nouvelles pratiques de formation à partir d'un lab ?
Pour répondre à ces problématiques que nous partageons au sein des académies d'Orléans -Tours, Nice et Toulouse, à des degrés divers, allant de l'appropriation de tablettes numériques avec la création de scénarios d'apprentissage par les enseignants et les élèves, à la collaboration entre enseignants pour enrichir tant la formation des élèves que les pratiques professionnelles et la formation continue des enseignants.
Cet article, fruit de la collaboration entre trois académies, constitue un retour d'expérience, des conceptions et mises en places des labs, aux bilans et perspectives.
 
1. Penser les labs dans les CDI
 
A. Académie d'Orléans -Tours
 
    1. Le pédagolab inter -établissements du bassin drouais (Eure -et -Loir)

Depuis l’an dernier, la volonté d’un projet de bassin inter -établissements était en suspens. Il s’agissait de travailler à plusieurs établissements sur le parcours EMI. Mettre en place un volet Pédagolab en lien avec la production commune allait de soi pour dynamiser les échanges et valoriser les compétences mobilisées des enseignants participants.
Le projet inter -établissements consistait en un journal produit collaborativement par des collégiens et des lycéens et les objectifs de chaque établissement allaient de la mise en place d’un media à la participation de jeunes journalistes déjà membres d’un club média.
La mise en place du projet a été très longue à cause des difficultés à mobiliser des élèves et a demandé de nombreux échanges en distanciel qui ont un peu noyé les objectifs de départ. En outre, le flou concernant la validation du projet par la hiérarchie a freiné un peu la motivation, certains acceptant de se réunir sur le temps personnel, d'autres non. L'autre difficulté que nous avons rencontrée se situait au niveau des règles de collaboration dont nous avions convenu au départ, mais pas avec tous les participants (les autres étant absents à la réunion en présentiel). A la fin de ce long projet collaboratif essentiellement via des outils numériques (email, Padlet, Mindmeister et Etherpad), les règles différaient pour les uns et les autres et la bienveillance n'était plus trop de mise...
Lire la suite de l'expérimentation en ligne sur le site académique de la documentation dans l'onglet "Scénarios 2016" : http://documentation.ac -orleans -tours.fr/mutualisation/scenarios_traam/
 
2. Le ProfLab des stagiaires professeurs documentalistes

Rechercher, s’impliquer et se co -former entre pairs : une autre forme de “ProfLab” aménagée dans le plan de formation des stagiaires professeurs documentalistes pour l’année scolaire 2015 -2016, faisant suite à l’expérimentation lancée en 2014 -2015
Retour sur l’expérimentation “ProfLab” en 2014 -2015 : http://documentation.ac -orleans -tours.fr/mutualisation/scenarios_traam/
L’introduction du processus de formation selon le ProfLab permet de lier le terrain et la formation dans une transmission horizontale du métier, à étendre en matière de formation initiale.
Nous avons donc cherché à rapprocher les formés, éparpillés dans différents établissements et à créer des groupes de paroles et d’échanges informels (difficultés rencontrées, interrogations, tentatives réussies ou malheureuses...). Cette approche était travaillée dans les GAPP (Groupes d’Analyse des Pratiques Professionnelles) et inscrite au plan de formation jusqu’à son remplacement par le ProfLab en 2014 -2015.
Le ProfLab est le moyen de s’entourer de collègues novices, situés dans des contextes d’exercice différents, avec la perspective de produire une action pédagogique qui est propre au stagiaire et donc de s’affranchir des modèles suggérés par le tuteur ou impulsés par les formateurs. Nous gagnons ici à élargir et à diversifier les formes d’accompagnement dans le cadre d’une formation initiale d’enseignants stagiaires.
Les formés ont été répartis en quatre groupes de travail et de réflexion en fonction du sujet de leur écrit réflexif. Ils ont été préparés à observer le terrain, à identifier les pratiques, à percevoir les enjeux et se constituer un répertoire de ressources. Les temps de formation en présentiel ont été enrichis par la constitution de groupes de paroles et d’échanges sur la plateforme Viaéduc. Les formés ont donc été rassemblés en ligne dans des groupes de pairs, renforcés par les formateurs, répartis selon leurs compétences et par les tuteurs de terrain et Espé, rapprochés à leurs stagiaires.
Lire la suite de l'expérimentation en ligne sur le site académique de la documentation dans l'onglet "Scénarios 2016" : http://documentation.ac -orleans -tours.fr/mutualisation/scenarios_traam/
 
    B. Académie de Nice

    1. Le fab lab culturel au lycée du Coudon

Durant la Semaine Culturelle du lycée, mise en place d'un "MediaLab" proposé tant aux élèves qu'aux enseignants, sur des temps scolaires et hors temps scolaires. Un Lab centré sur l'idée de création (au sens le plus large) numérique, avec bibliobox, booktubeurs, réalité augmentée, etc.
Dans un lycée où les enseignants utilisent un peu plus le numérique, les élèves sont de plus en plus connectés, nous avons voulu mettre en place un MediaLab sur un moment précis : chaque année le lycée organise en effet une semaine culturelle, dont le thème cette année était "Création, Innovations progrès ?" L'objectif était double, d'une part favoriser l'utilisation du numérique par les enseignants, d'autre part expérimenter la forme du Lab comme dispositif pédagogique.

    2. Le lab tablettes au lycée du Golf Hôtel

Depuis l’année 2014 -2015, une semaine dédiée aux médias et au numérique est organisée par les professeurs documentalistes à l’occasion de la semaine de la presse. Destinée à l’ensemble de la communauté éducative, élèves / enseignants / familles, cette manifestation est considérée comme l’un des moments forts permettant d’engager des réflexions collectives sur la formation des élèves et des adultes.
Aussi pour l’année 2015 -2016, avec le déploiement d’une classe tablettes au lycée et une livraison en mars, il a été décidé de choisir cette semaine des médias et du numérique pour lancer les premiers usages de ce dispositif numérique.
Pour favoriser l'appropriation de ce dispositif tant par les élèves que par les enseignants, les professeurs documentalistes ont décidé d'organiser sur une matinée des "lab tablettes" avec le soutien de l'atelier Canopé Var, autour de la question de l'apprentissage du geste professionnel, question commune à l'ensemble des pôles de formation présents dans l'établissement : Hôtellerie / Industriel / Tertiaire.
L'objectif pédagogique était à partir d'une banque de données (fichiers image, son, vidéo) fournie par un enseignant volontaire de produire un fichier multimédia à l'aide d'applications dédiées.
Concevoir ces ateliers tablettes pendant la semaine des médias et du numérique était aussi une manière de réfléchir le lieu CDI comme nouvel espace de formations entre pairs et découverte de nouveaux outils.

    C. Académie de Toulouse

Confer http://docs.ac -toulouse.fr/wp/?p=4942

II. Mettre en place des labs au CDI
 
    A. Académie d'Orléans Tours
 
L’idée Lab, un FabLab ou espace collaboratif pour les élèves au CDI (expérimentation 2014 -2015 au Collège Georges Besse à Loches)
Objectif : proposer aux élèves un espace aménagé dans le CDI pour la fabrication numérique.
Un groupe d'élèves volontaires de la 6e à la 3e est rassemblé autour d'une thématique commune (Comment utiliser Minecraft dans le cadre scolaire ? Pour une présentation à leurs professeurs) et dans un lieu dédié et équipé. Le groupe est totalement libre du choix du projet de travail selon la thématique proposée, le groupe est totalement autonome dans la mise en activité et libre dans la créativité. Le professeur documentaliste n'intervient que sur demande des élèves ou pour assurer la sécurité des élèves.
Lire la suite de l'expérimentation en ligne sur le site académique de la documentation dans l'onglet "Scénarios 2015" : http://documentation.ac -orleans -tours.fr/mutualisation/scenarios_traam/
 
 
    B. Académie de Nice

    1. Le MediaLab culturel au lycée du Coudon

L'organisation reposait sur une équipe de trois enseignants (histoire géo, physique chimie et doc). Préparation de différents ateliers, réalisables en 20 -30 minutes, sur : réalité augmentée / informacteurs / booktrailers / la data / jeux sérieux / bibliobox / application Prezi, Readymag, Piktochart et en marge une install party linux
Le MediaLab devait trouver sa place au CDI, sur 3 salles dont une informatique (mais pas de tablettes), à la fois sur des créneaux de l'emploi du temps et à la réservation et sur le temps libre (récréations, midi -deux)

    2. Le lab tablettes au lycée du Golf Hôtel

Pour favoriser l'appropriation des tablettes, et faciliter les échanges entre élèves, enseignants et organisateurs du lab tablettes (2 professeurs documentalistes + médiateur numérique de Canopé Var), plusieurs choix ont été faits :
  - des enseignants volontaires ayant déjà une culture et une pratique professionnelles du numérique
  - des activités d'apprentissage en lien direct avec la formation professionnelle
  - pas de pré -requis dans l'utilisation des tablettes de la part des élèves
  - aspect technique et de gestion d'activités pris en charge par les organisateurs, non les enseignants
  - choix d'utiliser des applications relativement intuitives et avec prise en main en 15 minutes : Adobe voice pour concevoir une vidéo avec des commentaires audio des élèves, Book Creator pour concevoir un livre numérique, Strip Design pour faire une bande dessinée.
 
Les enseignants volontaires fournissaient en amont les banques de photos ou autres fichiers sur une thématique de leur choix.
Deux classes ont participé à ces ateliers tablettes. Une classe de 1ère année CAP réservé agent polyvalent de restauration (9 élèves) avec leur professeure de Biotechnologies et une classe de 1ère Professionnelle 1ère Bac Pro Accueil Relations Clients Usagers (13 élèves) et leur professeure de vente. Les activités choisies correspondaient respectivement à reconstituer les étapes de fabrication d'un chausson aux pommes avec deux étapes répondant à des gestes d'hygiène, puis à la présentation du bilan des élèves du projet parité auquel ils ont participé entre janvier et mars.
 
    C. Académie de Toulouse

Confer http://docs.ac -toulouse.fr/wp/?p=4942


III. Les bilans
 
    A. Académie d'Orléans Tours

    1. Le pédagolab inter -établissements du bassin drouais (Eure -et -Loir)
 
Malgré les difficultés rencontrées, une rencontre entre jeunes collégiens et lycéens a donné lieu à la réflexion sur une charte des jeunes journalistes et la publication d'un premier numéro du Collycéen disponible en ligne (lien bientôt disponible) et imprimé dans chaque établissement. Articles, logo et dessins ont été réalisés par les jeunes, éditorial et maquette par les enseignants, en majorité professeurs -documentalistes et un enseignant d'anglais. C'est plutôt un résultat satisfaisant au regard des objectifs, des difficultés et des différences de niveau des élèves mais aussi de niveau de compétences des adultes.
Chaque participant a convenu que le projet mérite d'être repris et amélioré l'an prochain. La question est : avec les mêmes participants ou d'autres établissements et collègues ?
En ce qui me concerne, en tant qu'animatrice du Pédagolab, je compte passer le relais du projet Collycée à d'autres professeurs -documentalistes du bassin, quitte à les guider au départ, pour me recentrer sur un réel ProfLab, plutôt au sein de mon établissement ou avec des collègues du département mais ayant les mêmes objectifs de formation et les mêmes règles de collaboration.
 
 
    2. Le ProfLab des stagiaires professeurs documentalistes
 
La mise en réseau du groupe de pairs ouvre des perspectives non négligeables dans les moyens didactiques disponibles et l’environnement d’apprentissage développé pour les stagiaires en formation initiale. Les expérimentations Viaéduc, depuis 2014 qui est une plateforme virtuelle de partage de ressources et de communication entre les participants, ouvrent des champs de formation propices à la motivation des formés à apprendre avec les TIC et de faire apprendre avec les TIC. Malgré les obstacles techniques qui se présentent dans les expérimentations, la mise en réseau du groupe de pairs favorise les habiletés d’autonomie (autoformation) et de prise d’initiatives des apprenants (empowerment), notamment dans le cadre de leur prise de conscience de légitimité dans le partage et la mutualisation professionnelle.
 
    B. Académie de Nice

    1. Le fab lab culturel au lycée du Coudon

Le MediaLab a été clairement un échec, à plus d'un titre. D'une part aucun "visiteur" n'est venu participer, ni élève, ni enseignant, sur le temps libre, et ce malgré un affichage en salle des professeurs, dans le hall, le CDI et sur l'ENT du lycée. D'autre part les activités qui ont eu lieu sur des créneaux scolaires ont finalement repris la forme classique de la séquence avec un groupe classe. Enfin, parmi toutes les actions proposées, seules quelques -unes ont abouti à une production : les remixBD, Prezi pour l'oral, et ReadyMag. Les autres n'ayant même pas été demandées par les classes (enseignants).
Il n'est pas évident de trouver les causes exactes de cet échec ; néanmoins voici mes hypothèses :
  •   un affichage insuffisant ?
  •   un manque de visibilité dans le CDI durant le Lab ? Nous n'avions pas de machines etc
  •   un évènement de plus pendant une semaine culturelle chargée
  •   une existence limitée à une semaine
   
Au delà de la faible participation, ce qui me dérange le plus est que même dans les activités qui ont eu lieu, nous avons reproduit le modèle classique de la séquence professeur -élèves, à la demande de chacun d'ailleurs !
Le bilan n'est cependant pas entièrement négatif. Je reste convaincu que l'on peut mettre en place un Lab dans un établissement scolaire, et particulièrement au CDI, comme dispositif pédagogique. Mais qu'il faut pour cela construire une réelle culture de ce lieu, tant il vient s'opposer au modèle scolaire habituel.
 
    2. Le lab tablettes au lycée du Golf Hôtel
 
L'organisation du lab tablettes s'est heurtée à quelques difficultés dans sa mise en place. En effet, venir dans un espace dédié pour créer des productions multimédia sans attendu réel sur les contenus ou la forme est contraire à la forme scolaire et aux activités pédagogiques avec les traces écrites. Aussi ce dispositif de lab tel qu'il a été défini en introduction vient de fait s'opposer aux postures habituelles des enseignants et des apprenants. La salle de classe favorise souvent une posture de contrôle tandis que le lab favorise une participation de l'élève basée davantage sur un engagement.
Concrètement, ce constat s'est matérialisé de différentes manières :
  • pour les enseignants participants : Quelles ressources fournir ? Quelles consignes donner aux élèves ? Quels objectifs disciplinaires ?
  • pour les élèves : Que peut -on dire ? Est -on évalué ? Est -ce qu'on travaille en groupe ?
  • pour les organisateurs : Comment créer un espace dédié à la création, à la collaboration sans prérogatives ni pré -requis ? Comment faire en sorte que cette première utilisation des tablettes amène des discussions entre enseignants et élèves sur les usages pédagogiques et avec quelle plus -value ?
Aussi, les premières réactions à l'annonce de la mise en place d'un lab avec des premières crispations et des craintes - renforcées par le numérique et le degré de maîtrise des enseignants et des élèves - annoncent finalement les préjugés qui peuvent exister dans cette nouvelle forme d'apprentissage entre pairs. Quelles doivent être les postures des enseignants, des élèves, des accompagnateurs ou organisateurs ? Quelle est la place pour le guidage de l'activité ? Quelle est la place pour la création pédagogique ? Comment favorise -t -on une collaboration entre enseignants et élèves dans l'appropriation de ce nouvel espace d'apprentissage qu'est le lab ?
 
Le bilan d'activités des élèves avec pour la première classe une restitution de connaissances sur la fabrication d'un chausson aux pommes, et pour la seconde une nouvelle forme de valorisation du projet parité après la réalisation d'une exposition montre finalement que l'atelier tablettes n'était pas un lab au sens de "on utilise un matériel sans objectif particulier si ce n'est créer quelque chose dont on a besoin (une connaissance, un savoir, une compétence)" , mais plutôt peut -on créer au CDI un espace d'apprentissage qui fonctionnerait comme un lab ? C'est pourquoi la mise en place d'un lab pose la question de l'ouverture de l'espace d'apprentissage dans un contexte fort de forme scolaire avec des postures clairement définies de l'enseignant et de l'apprenant.
Néanmoins, réfléchir le lieu CDI comme lab implique le passage d'un centre de mise à disposition et de consultation de ressources, et de formation des élèves à la recherche documentaire et à l'éducation aux médias, à un espace d'apprentissage où l'apprenant peut aussi bien être un élève qu'un enseignant. Le lab pourrait donc devenir un nouvel espace -temps d'apprentissage à la croisée entre l’enseignement (teaching), l’acquisition de connaissances (learning), la documentation et la formation aux technologies (training). Il réduit les frontières entre enseignement et documentation, tout en permettant des modes de travail dynamiques et de partage avec l'apprenant au centre des apprentissages.
En cela c'est un prolongement des pratiques professionnelles des professeurs documentalistes qui dans l'organisation du lieu CDI et des ressources qui y sont proposées pour l'ensemble de la communauté éducative, doivent faire le lien entre les besoins exprimés ou non des publics accueillis, avec un souci d'anticipation.
En tant qu'enseignant, et notamment avec l'apprentissage sur la démarche de questionnement dans la recherche documentaire, les méthodes pédagogiques du professeur documentaliste placent directement l'élève au cœur d'un apprentissage guidé dans la production multimédia tout en favorisant un contexte de réinvestissements des compétences.
Ces éléments sont d'autant plus importants que le lab instaure un contexte d'apprentissage souvent mis en place dans les CDI
  • démarche de projet avec un travail en coopération (répartition des tâches) et en collaboration (avec trace écrite construite par le groupe classe) (lien par exemple avec des manifestations régulières comme le Marathon Presse)
  • le CDI avec les ressources qu'il met à disposition des élèves, encourage une responsabilisation de l'élève qui tout au long de son parcours scolaire, apprend à identifier ses besoins dans un espace d'apprentissage bienveillant avec un droit à l'erreur non seulement possible mais aussi encouragé.
  • la mise en évidence de compétences sociales et communicationnelles : travailler en équipe, écouter l'autre, s'aider les uns les autres, sans oublier la notion d'engagement.
 
Par conséquent, la première édition de ce lab tablettes a mis à la fois en évidence les contradictions entre lab et forme scolaire, tout en soulignant qu'une organisation réfléchie d'un espace précis autour d'un objet commun peut conférer une nouvelle dynamique d'apprentissage avec des changements de postures d'enseignants et d'apprenants. Le numérique et notamment les tablettes, semble être un levier pour engager de nouvelles situations d'apprentissage. Restent à s'approprier et le contexte du lab et les dispositifs numériques.

    C. Académie de Toulouse

Confer http://docs.ac -toulouse.fr/wp/?p=4942
 
Conclusion
 
LES INDISPENSABLES : vers la construction de l'intelligence collective
 
L’intelligence collective n’émerge pas de façon spontanée et instantanée.
A partir de nos différents retours -expériences, organiser des labs pour les apprenants à l'Ecole devrait être basé sur :
 
1 - Un cadre défini et des processus canalisants : un écosystème d'apprentissage et une communauté d'apprenants
  •  une répartition consensuelle et concertée des rôles
  •  un leardership avec possibilités de faire évoluer et tourner les rôles
  •  un équilibrage dans les modalités d'interactions (présentiel - distanciel, synchrone - asynchrone, libre - guidé)

2 - Un animateur du lab : accompagner, coordonner et fédérer les équipes
 
3 - Des participants : volontaires et engagés

4 - Un lieu ou des lieux :
  •  physique dédié et équipé
  •  espace collaboratif en ligne

5 - Des compétences mobilisées :
  •  intelligences de soi et de l'autre
  •  intelligences du groupe

6 - Des valeurs communes : empathie, immersion, assiduité, altruisme, disponibilité, persévérance, motivation et estime de soi

7 -  Avoir le droit de :
  •  se tromper
  •  s'interroger
  •  autoriser des conflits
  •  se déconnecter
 
 
Pour aller plus loin :
http://carrefour -numerique.cite -sciences.fr/fablab/wiki/doku.php?id=charte
http://cursus.edu/article/18267/tout -faut -savoir -sur -les -fablabs/
http://eduscol.education.fr/numerique/tout -le -numerique/veille -education -numerique/mars -2016/design -thinking -education

 
Note : Merci à Mme Pechmarty, professeur documentaliste au LP Golf -Hôtel pour sa relecture bienveillante