Expérimentation du Fab-Lab de la Marquisanne, AN II

2017-2018

 

Axe 3 : Redéfinir des espaces pour des usages dédiés et/ou multiples

Mutualisation avec Guillaume Allemann et Marine Lucas de l’académie de Guyanne et Roselyne Berthon de l’académie d’Orléans-Tour

 

Après la mise en place du Traam Documentation 2016-2017 : L'incubateur d'idée ou le Fab Lab mutlimédiatique, nous avons poursuivi le déploiement de l’expérimentation durant une deuxième année.

Pour rappel : Charte du Fab-Lab

La problématique qui se posait à la fin de la première année fut la suivante :

Comment arriver à dépasser la dimension « Club multimédia » dans le Fab-Lab pour transformer ce lieu en outil pédagogique à disposition de l’établissement où le professeur documentaliste intervient à travers les missions qui lui sont propres ?

La réflexion engagée vise à créer un espace supplémentaire où les élèves auraient la possibilité d’acquérir des connaissances et des compétences (validées dans le LSU en fin de cycle ou/et inscrites dans un des parcours).

 

Pour La Marquisanne nous avions identifié 3 axes à améliorer pour atteindre cet objectif :

1- Un aspect matériel : Définition d’un espace délimité et deuxième salve d’acquisition d’équipements

2- Une implication de personnes extérieures au CDI : Personnels enseignants et partenariats

3- Des actions pédagogiques : pour favoriser l’acquisition de compétences (dans le LSU ou les parcours)

 

 

1- Aménagement de l’espace

  • Nous avons délimité un espace en réagençant les meubles de manière à fermer une partie du CDI qui n’était pas très utilisé :

Avant / Après

 

Ces changements n’ont pas nécessité d’investissements.

 

  • Les nouveaux équipements :

-6 Tablettes de marque Apple

-1 micro-perche

-1 Go-pro

-1 imprimante 3D

-3 Rasberry PI et ses accessoires

-1 vidéo-projecteur

-1 Home cinéma

 

Bilan : Une meilleure identification par les élèves. Certains projets ont pu naître grâce aux nouveaux équipements. L’acquisition et l’assemblage de l’imprimante 3D est devenue une activité pédagogique à part entière alors qu’elle n’était pas prévue sous cette forme à l’origine.

 

2- Quelles personnes pour quelles types d’activités pédagogiques ?

Pour tenter de se rapprocher de l’esprit du Fab-Lab (partage de connaissances et de compétences), nous avons tenté d’impliquer plus de personnes expertes dans un domaine. D’une part, nous avons sollicité des professeurs dans leur propre discipline (Mathématiques, Technologie, Lettres, Arts Plastiques et Education musicale) et d’autre part, nous avons signé des partenariats avec des personnes extérieures.

 

  • Cela nous a amené à repenser la façon d’utiliser le lieu. Les horaires se sont élargis et nous avons dépassé l’aspect « club » (le midi et le soir) pour atteindre notre objectif : le Fab-Lab comme outil pour les séances pédagogiques. Nous nous sommes rapprochés des disciplines.

  • Nous avons instauré deux partenariats extérieurs réguliers : un professeur de japonnais et un animateur de Maker Space. Le premier nous a permis de travailler sur la découverte de nouvelles cultures à travers l’initiation à la langue et la réalisation de divers objets de la culture japonaise. Le deuxième nous a aidé à construire notre propre imprimante 3D. Le fait de faire appel à un Maker Space (la Petite Fabrique à Toulon) a été bénéfique pour plusieurs raisons : sur les connaissances des logiciels libres et gratuits ainsi que pour l’instauration des Creatives Commons et du droit d’auteur pour nos productions.

Bilan : Les connaissances et les compétences partagées se sont diversifiées. Les adultes se sont mis à fréquenter le Lab dans et en dehors des heures de cours.

 

3- Quelles compétences dans les actions pédagogiques ?

Nous nous sommes aperçus que les élèves avaient développé des compétences au sein du Lab sans s’inscrire dans aucun cursus de l'institution scolaire.  Finalement, nous avons décidé de nous appuyer sur les parcours des élèves dans Folios. Nous avons listé les compétences acquises à travers les activités pédagogiques réalisées dans le Lab pour les inscrire dans un des parcours (Avenir, PEAC, Citoyen et de Santé)

Grâce à cette démarche, les élèves pourront être repérés par les collègues du lycée sur certaines de leurs compétences individualisées (réalisation de courts-métrages, initiation au japonnais, programmation de jeux vidéo, création musicale… etc).

Nous avons synthétisé et mutualisé les compétences pour chaque type d’activité exercée dans les Tiers-Lieu. Certaines compétences sont issues du socle commun et d’autres ont été extraites du LSU construit par les professeurs au sein du collège et validées en fin de cycle par un bilan.

La présentation de ce travail est disponible Ici

En parallèle, nous voulons partager le travail de recensement des compétences pour la construction de l’imprimante 3D, du Fab-Lab de la Marquisanne,. Il nous a semblé que ce partage pourrait intéresser certains collègues dans d’autres disciplines.

 

Conclusions et perspectives :

Les activités pédagogiques inscrites dans le Fab-Lab ont favorisé les habitudes de fréquentation auprès des collègues (un peu) et surtout auprès des élèves. Nous avons observé une demande d’utilisation du Lab en autonomie (même si cela reste à la marge).

Nous évaluerons auprès des collègues des Lycées dans les établissements du réseau si les compétences dans les parcours sur Folios ont servi à l’identification de nos élèves.

Maintenant que les usages du Fab-Lab du CDI sont identifiés et stabilisés dans le temps, il nous paraît nécessaire de travailler sur l’identité visuelle de l’espace. En effet, il ne démarque pas du reste du CDI, il est un peu austère et ne possède pas de logo propre. Nous travaillerons pour l’AN III du projet à rendre cet espace plus accueillant avec une signalétique et des meubles plus adaptés. A suivre...