Généralités sur le dispositif TraAM
 
Sous l'égide de la DNE A2 ( Direction du Numérique pour l'Education ), le dispositif TraAM permet de mettre en valeur et augmente la visibilité des projets innovants en documentation menés par les académies. Il permet également aux académies de constituer ou de continuer à faire fonctionner des groupes de travail, de développer des échanges inter -académiques et/ou avec des partenaires extérieurs à l'Éducation nationale.
 
Un appel à proposition autour de grands thèmes est envoyé aux académies. Ces dernières proposent la participation d'équipes disciplinaires ou pluridisciplinaires sur ces différents thèmes.

Le regroupement des équipes de différentes académies autour d'un même thème permet de réaliser une mutualisation inter -académiques de la réflexion et des pratiques.
Un certain nombre de ces actions impliquent des documentalistes et les CDI. Les académies de doivent de produire un document de synthèse comprenant la présentation du projet, les objectifs, la mise en oeuvre, les outils utilisés, l'évaluation, les difficultés rencontrées,  les plus -values élèves, les plus -values enseignantes, les perspectives.
 
 Mutualiser la réflexion et les pratiques
Les actions mutualisées, pilotées par le bureau des usages et des services numériques de la sous direction des technologies de l'information et de la communication s'inscrivent dans le cadre du développement des usages des TICE et de leur généralisation dans les disciplines.
 

Compte-rendu d'expérimentation

TraAM documentation 2017/2018

 

 

Académies de Nice, Guyane et Orléans-Tours

 

Expérimentation au collège Marcel Rivière, Hyères – Académie de Nice

 

Depuis plusieurs années, les équipes éducatives du collège Marcel Rivière réfléchissent sur les espaces du collège et leur appropriation par les élèves. Un travail sur les compétences psycho-sociales a permis aux élèves de 6e de questionner leurs rapports aux lieux et aux équipes éducatives et d’essayer d’améliorer l’organisation de certains espaces perçus négativement. Il a donc été décidé de manière collective de repenser certains espaces du collège, dont le CDI, afin d'améliorer le climat scolaire.

 

Le projet a été présenté par la Principale et la professeure documentaliste à toute l’équipe éducative lors d’une réunion plénière au mois de juin. En septembre, il a été proposé aux professeurs et à leurs élèves, une visite des lieux concernés par ce projet.

 

Dans l'esprit des "tiers lieux" et des "fab labs", il a été ouvert une salle de création vidéo et radio, aménagée avec les élèves. Attenante à une salle informatique et au CDI, cette salle complète le pôle média du collège puisque sur un même palier, les élèves ont accès à une multiplicité d’outils d’information, de communication et de création numérique.

 

Cette salle, dotée d’un studio radio, d’un studio vidéo avec fond vert et d’un ordinateur de montage doit favoriser l'émergence de projets d'élèves, de créations numériques, de participation volontaire à des concours, avec ou sans l'aide d'adultes.

 

Des projets menés sur l'année ont permis de lancer la dynamique :

- la création et l'alimentation d'un média scolaire en ligne (https://webmedias.ac-nice.fr/marcelmag/)

- la réalisation de JT culturels (https://webmedias.ac-nice.fr/marcelmag/category/jt/)

- la réalisation de nombreuses émissions de radio (https://soundcloud.com/capradio-515121195/sets/radio-marcel-riviere)

- et de courts-métrages (https://education.francetv.fr/matiere/education-civique/quatrieme/video/stop-aux-defis-dangereux ; http://www2.ac-nice.fr/cid128756/felicitations-aux-laureats-academiques-du-prix-non-au-harcelement-2018.html)

 

A noter que de nombreux projets ont été récompensés par des prix académiques et nationaux (Prix Médiatiks, Prix Non au harcèlement, Prix Teknik, Prix Cgénial), valorisant ainsi la diversité et la qualité des productions médiatiques des élèves.

 

Dans le cadre des TraAM, nous avons plus particulièrement travaillé avec l'académie d'Orléans-Tours et l'académie de Guyane sur les règles de vie qui peuvent régir de tels "tiers-lieux" - ni salle de classe, ni foyer - en insistant sur l'autonomie des élèves et sur le fonctionnement de ces espaces de créativité.

 

Dans un premier temps nous avons ouvert un dotstorming sur lequel nos élèves pouvaient proposer et/ou voter pour des règles de vie.

A noter que pour ma part, j'ai laissé les élèves y participer en autonomie, ce qui a donné lieu à une utilisation litigieuse du forum du dotstorming. Cela fut l'occasion de reparler d'identité numérique et de droits et devoirs sur Internet !

 

Ensuite, nous avons élaboré une infographie de synthèse commune, reprenant les fonctions, les modalités et les perspectives imaginées par les élèves.

https://www.easel.ly/infographic/bcg57n

 

Pour finir, nous avons enregistré une émission de radio commune aux trois académies, sur le thème du CDI idéal.

https://soundcloud.com/capradio-515121195/le-cdi-ideal

 

Au final, cette année d'expérimentation interacadémique a aussi permis de travailler sur le réaménagement du CDI, avec également la création d'un espace "bibliothérapie" (cf. CR d'expérimentation : "La bibliothérapie au service du bien être individuel et collectif") et d'amorcer une réflexion plus globale et mutualisée sur le CDI de demain ! Un CDI lieu de lecture, de travail, de créativité, de bien-être. Un CDI coeur vivant et vibrant d'un établissement scolaire.

 

Roxane OBADIA

Professeur documentaliste

Collège Marcel Rivière, Hyères

 

Chargée de mission CLEMI

Académie de Nice

 

Dans le cadre des Travaux Académiques Mutualisés en Documentation 2017-2018, un groupe inter-académique s'est constitué : Perrine Chambaud (Académie de Guyane), Géraldine Rouard-Mocquais, Jean-Marie Frizzole, Caroline Soubic (Académie de Nice), afin de travailler sur l'appropriation des espaces info-documentaires par la mise en place d'un jeu d'évasion, escape game. 

Au collège Henri Wallon à la Seyne sur mer, cet escape game a été créé par les élèves de 5e pour les élèves de Cycle 3 (notamment les CM2 pour les visites de classes de fin d'année scolaire), afin que ces derniers se familiarisent avec ces espaces, qu'ils identifient les missions des professeurs documentalistes, qu'ils s'approprient le lieu, les ressources et les outils mis à disposition. 

La mise en place de ce projet s'est déroulée en trois étapes : 

  • Une étape de concertation avec le professeur de mathématiques, puisque l'escape game a été conçu pendant la semaine des maths (3h de séances pédagogiques), avec la définition des objectifs inter-disciplinaires, mais surtout les premiers éléments de scénarisation. 
  • Deuxième étape : étape de conception de l'escape game par les élèves, remédiation par rapport à la scénarisation, phase de test des énigmes, mise en scène de l'information par la création du teaser et la conception de la version numérique de l'escape. 
  • Troisième étape : Séance escape game lors de la visite des classes de CM2 en Juin 2018 avec bilan d'expérimentation à chaque fin d'heure. 

1. Contexte pédagogique pour la confection de l'escape game

Professeurs impliqués : Professeur de mathématiques (Serge Dimek), Professeur documentaliste (Caroline Soubic)

Semaine thématique : Semaine des mathématiques 2018

Pré-requis compétences EMI pour les 5e : Notions de traces numériques (adresse IP, cookies), Identité numérique (avatar, pseudonyme, biographie sur les réseaux sociaux), Notions de classement documentaire et utilisation de la base de données documentaire. 

Objectifs pédagogiques : 

  • Amener les élèves à réinvestir les compétences travaillées sur la classe de 6e concernant les traces numériques (Qu'est-ce qu'une adresse IP, à quoi ça sert, les traces que je laisse sur Internet lorsque je cherche des informations, lorsque je publie, à quoi sert un avatar, un pseudo, comment choisir son mot de passe ...) 
  • Amener les élèves à s'impliquer dans une démarche d'investigation
  • Etre capable de se responsabiliser face à autrui
  • Savoir travailler en équipe, coopérer

Nombre de séances pédagogiques pour la confection de l'escape : 3

Outils et ressources utilisés : 

Learning apps, Geogegra, E-sidoc, Unitag (pour la confection des QRCodes), genial.ly

En fichier joint, le fichier geogebra (installation préalable de l'application) pour la réalisation des énigmes, ainsi que le document de travail distribué par le professeur de mathématiques. 

Compétences du LPC travaillées : 

Langages Mathématiques et Informatiques : 

  • Utiliser des nombres D1.3
  • Utiliser et produire des représentations d'objets D1.3
  • Résoudre un problème D4

Compétences Education aux Médias et à l'Information Cycle 4

  • Comprendre ce que sont l'identité et les traces numériques D3
  • Se familiariser avec les notions d'espace privé et d'espace public D3
  • Participer à une production coopérative multimédia en prenant en compte les destinataires D1.1
  • S'engager dans un projet de création et de publication sur papier ou en ligne utile à une communauté d'utilisateurs D1.1

Ci-dessous le genial.ly de présentation de l'escape game

2. L'escape game

Scénario : les élèves doivent reconstituer l'identité numérique du compte du C.D.I afin de pouvoir délivrer le professeur-documentaliste qui est encapsulé dans son téléphone portable. Deux teasers ont été créés en fonction du professeur documentaliste qui sera le maître du jeu de l'escape (l'autre professeur documentaliste étant enfermé dans le téléphone). 

Pour confectionner l'escape game, les élèves étaient répartis en groupe de 4 (6 groupes de 4). Certains groupes devaient collaborer entre eux pour avoir les éléments d'information, le tableau servant de prise de notes entre les groupes. 

Les élèves ont élaboré des codes à déchiffrer, des figures géométriques à constituer et des QRCodes. De plus, les élèves devaient rédiger les consignes sur learning apps, en définissant les notions abordées par les élèves de 6e (Avatar, pseudonyme, adresse IP ...). 

  • Première énigme : trouver le pseudonyme du compte du C.D.I (code à déchiffrer)
  • Deuxième énigme : trouver le livre à partir duquel le mot de passe du compte a été constitué (QRCode à déchiffrer, consultation de la base de données E-sidoc, recherche du livre dans les espaces info-documentaires)
  • Troisième énigme : trouver le groupe de mots qui constitue le mot de passe du compte du C.D.I (code à déchiffrer et croisement des informations avec la seconde énigme)
  • Quatrième énigme : trouver l'avatar du compte du C.D.I ainsi que le message qui se cache derrière (code à déchiffrer)
  • Cinquième énigme : trouver l'adresse IP du collège
  • Sixième énigme : croiser les informations recueillies afin de récupérer le code du déverrouillage de l'écran

Ci-dessous l'escape game CDI : carte d'identité numérique du C.D.I 

3. La séance avec les CM2

Le jeu dure 30 minutes en 1/2 classe. Le maître du jeu donne quelques indices lorsqu'un groupe rencontre des difficultés. Après la séance, un temps d'échange a lieu avec les élèves afin d'établir un bilan. Les élèves se sont appropriés les différents espaces info-documentaires, ont apprécié le travail d'équipe, la prise de risque mais également de responsabilisation au sein du groupe,  ils gardent en mémoire quelques notions liées à l'identité numérique qui pourront ainsi être retravaillées en 6ème. L'échange a permis également d'aborder la présence numérique du C.D.I et des professeurs documentalistes ce qui a donc invité les élèves à s'informer par le biais du portail info-documentaire. 

Attention cependant, il faut prévoir un créneau de battement entre les visites de classe suffisant (30 minutes environ) pour pouvoir réinstaller l'escape game avant qu'un groupe classe revienne au C.D.I pour faire le jeu d'évasion. 

La mise en place de ce projet a créé une dynamique au sein du collège, nous envisageons l'an prochain d'organiser un escape à l'échelle de l'établissement. 

Expérimentation du Fab-Lab de la Marquisanne, AN II

2017-2018

 

Axe 3 : Redéfinir des espaces pour des usages dédiés et/ou multiples

Mutualisation avec Guillaume Allemann et Marine Lucas de l’académie de Guyanne et Roselyne Berthon de l’académie d’Orléans-Tour

 

Après la mise en place du Traam Documentation 2016-2017 : L'incubateur d'idée ou le Fab Lab mutlimédiatique, nous avons poursuivi le déploiement de l’expérimentation durant une deuxième année.

Pour rappel : Charte du Fab-Lab

La problématique qui se posait à la fin de la première année fut la suivante :

Comment arriver à dépasser la dimension « Club multimédia » dans le Fab-Lab pour transformer ce lieu en outil pédagogique à disposition de l’établissement où le professeur documentaliste intervient à travers les missions qui lui sont propres ?

La réflexion engagée vise à créer un espace supplémentaire où les élèves auraient la possibilité d’acquérir des connaissances et des compétences (validées dans le LSU en fin de cycle ou/et inscrites dans un des parcours).

 

Pour La Marquisanne nous avions identifié 3 axes à améliorer pour atteindre cet objectif :

1- Un aspect matériel : Définition d’un espace délimité et deuxième salve d’acquisition d’équipements

2- Une implication de personnes extérieures au CDI : Personnels enseignants et partenariats

3- Des actions pédagogiques : pour favoriser l’acquisition de compétences (dans le LSU ou les parcours)

 

 

1- Aménagement de l’espace

  • Nous avons délimité un espace en réagençant les meubles de manière à fermer une partie du CDI qui n’était pas très utilisé :

Avant / Après

 

Ces changements n’ont pas nécessité d’investissements.

 

  • Les nouveaux équipements :

-6 Tablettes de marque Apple

-1 micro-perche

-1 Go-pro

-1 imprimante 3D

-3 Rasberry PI et ses accessoires

-1 vidéo-projecteur

-1 Home cinéma

 

Bilan : Une meilleure identification par les élèves. Certains projets ont pu naître grâce aux nouveaux équipements. L’acquisition et l’assemblage de l’imprimante 3D est devenue une activité pédagogique à part entière alors qu’elle n’était pas prévue sous cette forme à l’origine.

 

2- Quelles personnes pour quelles types d’activités pédagogiques ?

Pour tenter de se rapprocher de l’esprit du Fab-Lab (partage de connaissances et de compétences), nous avons tenté d’impliquer plus de personnes expertes dans un domaine. D’une part, nous avons sollicité des professeurs dans leur propre discipline (Mathématiques, Technologie, Lettres, Arts Plastiques et Education musicale) et d’autre part, nous avons signé des partenariats avec des personnes extérieures.

 

  • Cela nous a amené à repenser la façon d’utiliser le lieu. Les horaires se sont élargis et nous avons dépassé l’aspect « club » (le midi et le soir) pour atteindre notre objectif : le Fab-Lab comme outil pour les séances pédagogiques. Nous nous sommes rapprochés des disciplines.

  • Nous avons instauré deux partenariats extérieurs réguliers : un professeur de japonnais et un animateur de Maker Space. Le premier nous a permis de travailler sur la découverte de nouvelles cultures à travers l’initiation à la langue et la réalisation de divers objets de la culture japonaise. Le deuxième nous a aidé à construire notre propre imprimante 3D. Le fait de faire appel à un Maker Space (la Petite Fabrique à Toulon) a été bénéfique pour plusieurs raisons : sur les connaissances des logiciels libres et gratuits ainsi que pour l’instauration des Creatives Commons et du droit d’auteur pour nos productions.

Bilan : Les connaissances et les compétences partagées se sont diversifiées. Les adultes se sont mis à fréquenter le Lab dans et en dehors des heures de cours.

 

3- Quelles compétences dans les actions pédagogiques ?

Nous nous sommes aperçus que les élèves avaient développé des compétences au sein du Lab sans s’inscrire dans aucun cursus de l'institution scolaire.  Finalement, nous avons décidé de nous appuyer sur les parcours des élèves dans Folios. Nous avons listé les compétences acquises à travers les activités pédagogiques réalisées dans le Lab pour les inscrire dans un des parcours (Avenir, PEAC, Citoyen et de Santé)

Grâce à cette démarche, les élèves pourront être repérés par les collègues du lycée sur certaines de leurs compétences individualisées (réalisation de courts-métrages, initiation au japonnais, programmation de jeux vidéo, création musicale… etc).

Nous avons synthétisé et mutualisé les compétences pour chaque type d’activité exercée dans les Tiers-Lieu. Certaines compétences sont issues du socle commun et d’autres ont été extraites du LSU construit par les professeurs au sein du collège et validées en fin de cycle par un bilan.

La présentation de ce travail est disponible Ici

En parallèle, nous voulons partager le travail de recensement des compétences pour la construction de l’imprimante 3D, du Fab-Lab de la Marquisanne,. Il nous a semblé que ce partage pourrait intéresser certains collègues dans d’autres disciplines.

 

Conclusions et perspectives :

Les activités pédagogiques inscrites dans le Fab-Lab ont favorisé les habitudes de fréquentation auprès des collègues (un peu) et surtout auprès des élèves. Nous avons observé une demande d’utilisation du Lab en autonomie (même si cela reste à la marge).

Nous évaluerons auprès des collègues des Lycées dans les établissements du réseau si les compétences dans les parcours sur Folios ont servi à l’identification de nos élèves.

Maintenant que les usages du Fab-Lab du CDI sont identifiés et stabilisés dans le temps, il nous paraît nécessaire de travailler sur l’identité visuelle de l’espace. En effet, il ne démarque pas du reste du CDI, il est un peu austère et ne possède pas de logo propre. Nous travaillerons pour l’AN III du projet à rendre cet espace plus accueillant avec une signalétique et des meubles plus adaptés. A suivre...

 

Les Travaux Académiques Mutualisés Documentation 2017-2018 ont pour thématique « Repenser l’espace existant du CDI pour mieux répondre aux besoins des usagers ». Dans ce cadre, un groupe de professeurs documentalistes des académies de Guyane, de Nancy-Metz et de Nice a plus précisément orienté son travail sur une organisation des espaces axée autour de la notion de bien-être : Pourquoi et comment instaurer un climat de bien-être dans ce lieu éducatif qu'est le CDI ?

 

  1. Contexte:

Selon la définition du dictionnaire Larousse, le bien-être est un :"État agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l'esprit". Au collège Roland Garros de Nice, un axe du projet d'établissement est consacré à cet état. En effet, l'équipe éducative a fait le postulat qu'un élève qui se sent bien, à l'aise, serein, s'intègre mieux dans son établissement et dans sa classe et est donc plus réceptif aux enseignements dispensés et à la discipline requise. Ce pan du projet d'établissement a généré de nouvelles postures de l'enseignant et de nouvelles activités péri-scolaires. Ainsi, durant les cours, une enseignante a-t-elle créé un espace de décompression dans sa salle tandis que d'autres diffusent des musiques douces afin d'apaiser les esprits. Quant à la  pause méridienne, elle offre désormais un menu parallèle à celui du restaurant scolaire puisque sont proposés :

  • un club School Attitude, où les adolescents apprennent à exprimer et analyser leurs émotions,
  • le potager et l'aquaponie, où les élèves s'apaisent en travaillant la terre et en s'occupant des poissons, tout en profitant des fruits et légumes de leur culture,
  • un atelier théâtre,
  • des séances de sophrologie,
  • la chorale,
  • un espace extérieur pour jouer aux échecs
  • des siestes contées.

 

2. Les siestes contées ou siestes littéraires

La sieste contée est un temps pendant lequel l'usager s'installe aussi confortablement que possible et écoute une histoire lue ou racontée par quelqu'un d'autre. Durant ce moment, le siesteur peut laisser vagabonder son esprit au fil des mots et s'il lâche suffisamment prise, il peut s'endormir.

Depuis quelques temps, je souhaitais m'investir dans une activité de siestes contées mais je rencontrais des freins personnels : cela attirerait-il les élèves ? Les siestes contées ne risquaient-elles pas d'être moquées car trop associées aux petits ? Que lire ? Cela serait-il agréé par l'équipe de Direction ? Autant de questions auxquelles je n'aurais pas de réponses si je n'agissais pas.  La transformation des espaces du Cérès (dénomination du CDI du collège Roland Garros)allait me permettre de mener ce projet à son terme : espace dégagé, Fatboys et couleurs apaisantes. En effet, le projet de réhabilitation du CDI entraînait de nouveaux usages (voir article Repenser le CDI avec les élèves et la communauté éducative) , la plupart orientés vers le bien-être, cet atelier de sieste contée était donc en accord avec la démarche générale de l'équipe éducative et j'ai donc proposé cette activité.

Dans un premier temps, j'ai proposé mon idée au chef d'établissement qui l'a accueillie favorablement tout en restant dubitatif quant à son contenu. Néanmoins une telle entreprise ne nécessitant pas de frais supplémentaire, autant tenter et juger ensuite de sa viabilité. 

Et c'est ainsi qu'une affiche a fleuri sur les murs du collège :

 

 3. La rencontre lecteur/raconteur et  siesteurs littéraires ?

Très vite, mais timidement, des élèves sont venus me demander des explications, tandis que les adultes se moquaient un peu...

La préparation est aisée, il suffit d'agencer les coussins xxl autour de moi et de fermer les stores, la consigne est tout aussi élémentaire : "Installez-vous confortablement et déchaussez-vous si vous le souhaitez." Ensuite il me suffit d'ouvrir le livre sélectionné par mes soins et de prendre plaisir à lire à haute voix pour transmettre la quiétude indispensable à cet exercice.

Pour la première séance, j'ai accueilli une dizaine d'apprentis siesteurs et à ma grande surprise, la plupart s'est endormi. J'ai alors constaté qu'il me fallait inclure le temps d'un réveil en douceur dans la durée de la sieste.

Dans les faits, ces ateliers sont l'occasion de plusieurs rencontres :

  • une rencontre entre le lecteur et les siesteurs, qui (re)découvrent le plaisir de l'écoute de la lecture,
  • une rencontre avec des textes littéraires
  • une rencontre entre siesteurs qui affichent un grand respect les uns envers les autres.

 Pour que la sieste contée se déroule dans les meilleures conditions, il faut qu'il y ait une relation de confiance entre le lecteur et ses auditeurs, mais j'ajoute une pincée de mystère. En effet je n'annonce jamais ni le titre ni l'auteur et surtout je ne souhaite pas que les références du livre instaurent une réflexion. Il est important que le siesteur soit tout entier tourné vers l'écoute et ne soit pas parasité par ses pensées. Cela fonctionne très bien, les élèves ne prennent connaissance des références de la lecture qu'a posteriori.

S'abandonner

 

4. Que lire pour une sieste contée ?

Au tout départ, la cible était des textes courts et surtout des contes. Puis j'ai modifié ma politique de sélection car mon public s'est révélé très varié : garçons et filles, petits et grands, bons lecteurs et non lecteurs, francophones et allophones. Au vu de ce constat, j'ai testé tout type de littérature, passant des Nouvelles fantastiques de Maupassant au Magasin Zinzin de Frédéric Clément en passant par la biographie romancée d'Albert Einstein via Moby Dick d'Herman Melville. Et tout fonctionne, certes le contenu a son importance mais c'est surtout le ton de la voix qui crée la bonne réception du texte, de même, peu importe qu'il s'agisse d'extraits, d'incipits ou de textes intégraux.

Toutefois à chaque session, j'inclus un texte issu du fonds LD-Lire Délivre (voir à ce sujet l'article d'Armelle Cendo), cela me permet d'associer les projets Lire Délivre (bibliothérapie) et Siestes contées, car dans cette recherche du bien-être tout est intrinsèque et intimement lié  à la littérature. Dans cet objectif et dans le cadre du projet global "Espaces de bien-être au CDI", nous avons créé un emplacement Lire Délivre au Cérès ainsi que des affiches à scanner en lien avec des paniers LD sur e-sidoc.

Affiche Lire Délivre

5. Freins

Les freins que rencontrent les siestes contées sont uniquement d'ordre matériel. Ayant lieu pendant la pause déjeuner, nous ne pouvons obtenir un silence total à cause du bruit de la cour, voire des appels micro. En outre, il arrive que certains élèves entrent dans le CDI mais en dans ce cas, soit ils rebroussent chemin sans un mot, soit ils restent dans le sas d'entrée à écouter la lecture...

En revanche, si les adultes ne se moquent plus, ils n'ont pas osé franchir le cap de la participation (à une exception près et en l'absence d'élèves), nous réfléchissons donc à un créneau réservé aux personnels et, parallèlement un atelier de sophrologie a été mis en place pour les adultes de l'établissement.

6. Feedback

Les retours des élèves sont tous positifs. Les élèves réclament parfois des siestes contées en dehors des espaces temps alloués et ils sont nombreux à déplorer qu'il n'y en ait pas davantage. Les siesteurs sont toujours volontaires mais il arrive que l'équipe de Vie scolaire ou l'infirmière recommande l'atelier à certains élèves ayant besoin d'apprendre à se canaliser  ou de s'apaiser, l'un d'eux est devenu un fidèle.

Le succès de l'atelier m'a conduite à emprunter des matelas supplémentaires auprès des collègues d'EPS mais je ne dépasse plus la quinzaine de siesteurs car, au-delà, j'ai du mal à me positionner pour que tous m'entendent.

L'une des plus grandes satisfactions a été d'entendre une élève me déclarer qu'il était dommage de n'avoir pas fini l'histoire alors que je l'avais terminée, elle s'était juste endormie...

Quant aux adultes, ils constatent que les participants à la sieste contée sont beaucoup plus calmes et réceptifs en cours, même si cela n'est pas simple à mesurer.

Enfin l'atelier de sieste contée est un moment où le temps est suspendu, chacun se recentre sur soi, y compris le lecteur. C'est toujours une parenthèse de quiétude dans cet espace bruyant qu'est un collège. Lecteur et siesteurs accèdent ensemble au bien-être.

Objets trouvés                                                                                             Objets trouvés                                                                                                               Chaussettes orphelines

 

 

Petit groupe de siesteurs

 

Grand groupe de siesteurs

Ressources : 

Bien-être au collège : un temps de pause dans le cadre scolaire - Académie de Nice

Ecricarte de Nora Nagi-Amelin & Armelle Cendo

Sieste contée : une heure de lecture à voix haute accompagnée d'un violoncelle - Sophie Duval - Orléans-Tours : voir fichier attaché à l'article

Lire Délivre : La Bibliothérapie au service du bien-être

MEN - Repenser la forme scolaire à l'heure du numérique : vers de nouvelles manières d'apprendre et enseigner (en particulier point) 

 

 

Cet article fait une synthèse de l'expérimentation menée entre les référentes TraAM des Académies d'Orléans-Tours et Nice autour du projet #OuvronsnosCDI. 

La thématique de la forme scolaire en lien direct avec le numérique, a servi de fil conducteur à de nombreuses rencontres au cours de cette année scolaire 2017-2018. Dans son rapport "Repenser la forme scolaire à l'heure du numérique" présenté en mai 2017, Catherine Becchetti-Bizot encourage "l'apprentissage "par le faire", l'expérimentation et la co-éducation", pouvant aller jusqu'à la mise en place de tiers lieux pédagogiques encourageant la mise en place de pédagogies participatives. Les enseignants documentalistes ont la chance de disposer d'un espace, au sein des établissements scolaires, particulièrement adapté à l'expérimentation pédagogique, à la pédagogie de projets et au développement d'espaces numériques décloisonnés. 

1. La genèse du projet de banques d'images réalisé dans le cadre des TraAM Documentation 2017-2018 

Dans plusieurs académies, l'idée de créer une banque d'images a germé en même temps. L'objectif de ce projet est de permettre le partage des expérimentations réalisées sur le terrain. Chaque académie inscrite dans le projet TraAM a donc proposé un outil de communication pour cette mutualisation : 

La Guyane :  WhatsApp TraAM

Orléans-Tours : Instagram

Montpellier : collecte via un google drive

Nancy-Metz : genial.ly en commun afin de présenter les expérimentations et évolutions d'espaces, avec photos à l'appui

Nice : Twitter

En Novembre 2017, Prim à Bord lance un nouveau projet collaboratif : #Ouvrons nos classes dont l'objectif est la création d'une banque d'images collaborative sur l'aménagement des espaces ! Cette initiative, rapidement repérée par les collègues de Nancy-Metz, apporte un nouvel outil et une balise pour la mutualisation : #ouvronsnosCDI, sur le modèle de #ouvronsnosclasses. Il est bien entendu qu'une autorisation a été sollicitée afin de nous permettre d'utiliser cette balise. 

C'est de la réflexion commune de collègues de Nice et Orléans-Tours qu'aboutit l'idée de générer une base virtuelle créée via trois outils : deux réseaux sociaux (twitter, Instagram) et un envoi des fichiers par mail (via une adresse mail dédiée) pour les collègues qui ne souhaiteraient / pourraient pas utiliser un réseau social. 

2. Pourquoi : les objectifs d'une banque d'images

Pourquoi mutualiser ? C'est un soutien du travail réalisé sur le terrain : les participants de la table ronde organisée par Ludomag en septembre 2017 parlent d'"encerclement positif" (les collectifs d'enseignants connectés : entre soi ou nouveaux acteurs de la formation ? Ludomag.com 08/09/2017). La valorisation de ceux qui "laissent des traces" est essentielle (Roberto Gauvin). Pour les professeurs documentalistes engagés dans les TraAM documentation cette année, la thématique proposée rend assez naturelle l'idée de partager des images : "Repenser l'espace existant du CDI pour mieux répondre aux besoins des usagers". Il s'est agi, tout au long de l'année, de réfléchir à une refonte des espaces, plus ou moins radicale ou modeste. On a donc visualisé des lieux qui ont évolué, ce que l'image a valorisé à l'aide d'un témoignage naturel. Le partage via un réseau social est déjà une pratique habituelle pour bon nombre d'entre nous. Créer une banque d'images a permis de mutualiser, de partager nos expériences et a pu être l'occasion de s'inspirer des bonnes idées des autres. Les commentaires sous les images ont permis de répondre aux besoins des professeurs documentalistes en apportant un témoignage sur la mise en oeuvre du projet mais également en co-construisant par le biais de ces échanges. 

Ce partage permet de réaliser un portfolio qui continuera à être enrichi en fonction de l'utilisation des balises dédiées. Ce dernier se veut thématique, permettant ainsi de garder trace des projets menés sur le terrain afin de donner des idées à des collègues souhaitant repenser les espaces dans leur établissement. 

Ces images sont aussi un moyen de rendre visible le travail réalisé dans les établissements, notamment par les équipes TraAM Documentation. Nous espérons un essaimage des pratiques innovantes. 

3. Comment : avantages et inconvénients des outils retenus

Les outils en ligne présentent un certain nombre d'avantages pour la gestion d'un fonds d'images : stockage réduit, vitesse d'accès aux documents, consultation à distance avec des accès multiples, valorisation de l'édition multimédia ... à condition d'avoir réfléchi à une pratique commune d'indexation - Cécile Kattmig, formatrice en documentation audiovisuelle à la BNF, "En quoi les nouvelles technologies renouvellent-elles le traitement de l'image ?" (source : reseau-canope.fr/savoirscdi). Le hashtag (ou la balise) #ouvronsnosCDI est l'indexation que nous avons souhaité retenir pour notre projet. 

- Twitter : nous a semblé être un outil incontournable pour ce projet. En effet, le réseau social est déjà largement utilisé comme outil de veille par les professeurs documentalistes et les enseignants en général. Il sert aussi de communication autour des travaux des TraAM. Il nous a semblé sans difficulté pour être choisi par les collègues qui souhaitaient partager leurs images. 

- Instagram : est un réseau social incontournable en matière de communication par l'image, il nous a semblé tout indiqué pour un projet de mutualisation de photographies. Certaines académies s'en sont déjà emparées pour leurs pratiques professionnelles. Il est beaucoup moins développé dans d'autres, et son utilisation peut être matériellement compliquée dans les établissements scolaires puisqu'il nécessite d'utiliser un outil nomade pour publier. L'ouverture d'un compte instagram pose des questions de responsabilité plus importante que l'ouverture d'un compte twitter. En effet, l'utilisation éphémère d'images, les questions de droits liés à l'utilisation de ces dernières, imposent plus de responsabilité et un cadrage plus important. 

Lier les deux réseaux sociaux (une publication diffusée à la fois sur twitter et sur instagram) permet d'enrichir la publication tout en étant source d'inspiration pour les personnes utilisant déjà twitter. Il est difficile de partager une publication à partir d'un compte instagram, en revanche si la publication est partagée à la fois sur twitter et instagram, cette dernière peut être relayée par le plus grand nombre, avec un renvoi vers un post sur instagram et donc les commentaires liés à la publication. Cela se vérifie dans les faits, certains messages publiés sur instagram et relayés via twitter gagnent en effet en visibilité. 

- L'envoi par mail, solution "à défaut" puisque Prim à Bord ne propose pas d'espace de dépôt, apparaît finalement comme une solution de remplacement pour les collègues qui voudraient participer sans utiliser un réseau social. L'inconvénient majeur réside dans le travail qu'il induit à postériori, puisqu'il faut centraliser les images et les compiler. L'adresse mail de réception des images ouverte pour l'occasion n'a pas fonctionné. Les enseignants ont préféré diffuser directement leurs images par le biais de la balise ou envoyer, au sein des Académies de Nice et Orléans-Tours, ces dernières directement aux référents TraAM. 

Les questionnements liés à l'ouverture des comptes sur les réseaux sociaux : 

Avant d'ouvrir un compte Etablissement et/ou CDI sur un réseau social, plusieurs questions sont incontournables : 

quel est le cahier des charges défini avec le responsable de publication (Chef d'Etablissement) au sein de votre établissement en terme de communication sur les réseau sociaux ?

quid de la transmission des données personnelles liées à ce compte ? Le numéro de téléphone pour une ouverture d'un compte twitter par exemple : il est possible de donner un numéro de ligne fixe à condition que celle-ci soit directe. 

Pour un compte sur un réseau social de type instagram, les questions liées au droit à l'image questionnent davantage les responsables de publication.

4. Production réalisée : 

Afin de permettre la diffusion du projet, les enseignants documentalistes d'Orléans-Tours et de Nice ont réalisé un outil de communication présentant : le projet, les objectifs, le calendrier, le cahier des charges de la communication, ainsi que des tutoriels et les projets proposés dans le cadre des TraAM : https://view.genial.ly/5a573f6f6427881fe07eab96/ouvronsnoscdi-traamdoc-orleans-t 

5. Le bilan de l'expérimentation : 

Quelques difficultés ont été décelées dans le cadre de la diffusion des images après validation du Chef d'Etablissement. Certaines photos - illustrations n'ont pas été publiées compte tenu du cahier des charges que nous avons mis en place en lien avec la législation en vigueur. Des photos ont été diffusées sans la balise, les comptes académiques ayant ensuite récupérés les images pour les tweeter, lorsque le cahier des charges était respecté. 

Voici les statistiques de publication au moment de la publication de cet article (mai 2018) : 

12 contributeurs sur twitter (30 photos), 9 pour instagram (22 photos). Un relais a été fait par les Référents TraAM de chaque académie ainsi que les expertes nationales via le compte @Eduscol_Doc. Quelques comptes twitter documentation académiques ont également mis en exergue cette balise. 

Le lancement tardif du projet n'a pas permis une diffusion importante d'images mais une banque de ressources a toutefois été constituée. La balise continuera donc à être utilisée au delà du projet TraAM Documentation 2017-2018. 

En revanche, nous explorons la piste d'un partenariat éventuel avec le projet archiclasse afin de mettre en valeur et d'accompagner le réaménagement des centres de documentation. 

6. Perspectives

- Le hashtag pourra continuer d'être utilisé après la fin du projet TraAM Documentation annuel, et les comptes ouverts sur les deux réseaux sociaux demeurent actifs. L'idée étant de susciter des échanges qui pourront se prolonger. 

- Les portfolios constitueront la trace du projet, ainsi qu'une incitation à le poursuivre

Dans un esprit de partage de pratiques et de bienveillance, dans notre monde qui est désormais un monde d'instantanéité, nous espérons que ces échanges courts, accompagnés d'images, permettront de développer des projets d'aménagements, de développer de nouvelles pratiques collaboratives et numériques adaptées à nos usagers. 

7. Ressources

Rapport Mme Becchetti-Bizot : Repenser la forme scolaire à l'ère du numérique http://cache.media.education.gouv.fr/file/2017/55/1/IGEN-Rapport-2017-056-Repenser-forme-scolaire-numerique-nouvelles-manieres-apprendre-enseigner_849551.pdf

Prim à bord : Ouvrons nos classes https://primabord.eduscol.education.fr/ouvrons-nos-classes

Doc@zur : Ouvrons nos CDI ; constitution d'une banque d'images autour des espaces info-documentaires https://www.pedagogie.ac-nice.fr/docazur/index.php/traam/1494-ouvrons-nos-c-d-i-constitution-d-une-banque-d-images-autour-des-espaces-info-documentaires

Eduscol : Archicl@sse http://eduscol.education.fr/cid84395/Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Article rédigé par Caroline Vernay (référente TraAM Documentation Académie d'Orléans-Tours), Géraldine Mocquais-Rouard et Caroline Soubic (référentes TraAM Documentation Académie de Nice).