Groupe Numérique Disciplinaire 2017-2018

 

FRAMASOFT

Cliquez sur l’image pour voir des exemples.

Constat

Les élèves utilisent principalement la plateforme YouTube en renseignant la barre de recherche et en écoutant, en ligne, la ou les premières propositions. Certains se constituent une playlist sur YouTube ou sur d’autres plateformes. Des élèves ont aussi des comptes spécialisés (Deezer, Spotify, Qobuz, Apple Music, Google Play…) gratuits ou profitent de l’abonnement des parents.

Les playlist stockées sur une appareil dédié n’existent pratiquement plus au bénéfice des solutions en streaming.

Quelle que soit la technologie utilisée, le critère de sélection obéit au plaisir immédiat.

Face aux multiples accès qu’offre le numérique pour écouter de la musique en flux audio, l’élève doit apprendre à se repérer, s’ouvrir et à s’affirmer dans ses choix musicaux.

Démarche pédagogique :

A la fin du cycle 3 : En s’appuyant sur les compétences et les connaissances du programme d’Éducation musicale, l’élève apprend à se repérer, à s’affirmer dans ses propres goûts musicaux et à élargir sa culture musicale au contact d’une ou de plusieurs playlist de musique créées par le professeur.

Au cycle 4 : Toujours en s’appuyant sur les compétences et les connaissances du programme d’Éducation musicale, l’élève est amené à créer progressivement sa propre playlist.

En cinquième, il doit être capable d’enrichir la playlist de la classe (celle d’une séquence ou celle de toute une année scolaire), d’argumenter ses choix, de renseigner ses propres tags en fonction des œuvres étudiées et pratiquées en cours. Il se construit ainsi une culture musicale à la fois commune et personnelle (son univers musical).

En quatrième, une séquence peut être consacrée à la création d’une playlist par les élèves d’une même classe. En troisième, chaque élève (en s’inscrivant grâce à une adresse mail personnelle) peut passer à l’étape où, toujours en classe, il crée sa propre playlist à partir des œuvres étudiées dans l’année.

Parallèlement, sensibilisé et éduqué au respect de la propriété intellectuelle, il prend conscience des enjeux du droit de la création musicale et trouve les moyens de se mettre en conformité. Pour cela, il est aussi possible de solliciter l’EMI.

Enfin, l’élève peut placer sa playlist dans l’application FOLIOS, valorisant ainsi ses expériences comme ses compétences scolaires et extrascolaires. Cette démarche peut aussi l’aider à prendre conscience de son propre parcours d’EAC, d’en garder une traçabilité dans le temps et de développer une forme d’autonomie dans ses apprentissages.

Moyen technique :

La plateforme Framasoft offre un espace numérique de partage, MyFrama permettant d’afficher et de partager des liens, en l’occurrence ici, musicaux. Plusieurs outils sont fournis : mur d’images, miniatures, nuage de tags, journal…

Le mur de notre groupe TraAM qui nous a servi de test et qui constitue un exemple de réalisation dans ce dossier est accessible via le lien :

https://my.framasoft.org/u/traam_acnice/?do=tagcloud

La page d’accès correspond au nuage de mots taguer par nos soins autour de l’opéra Di nozze de Figaro de Mozart

Apports du numérique :

-Utiliser rapidement les fonctions au sein de la plateforme ;

-Démultiplier le partage de la musique via des liens ;

-Mettre en relation multiple des morceaux de la playlist ;

-Utiliser du vocabulaire spécifique par le jeu des tags ;

-Utiliser librement le terminal de son choix relié à Internet (ordinateur, tablette, smartphone…) ;

-Redonner aux œuvres étudiées la dimension artistique qui peut avoir été perdue dans une optique didactique ;

-Induire une autre forme de relation entre le professeur, l’élève et l’œuvre ;

-Apporter une nouvelle manière de garder trace du cours.

Éléments du programme mis en valeur :

Écouter, comparer, construire une culture musicale commune.

Échanger, partager, argumenter et débattre.

Éléments du socle commun :

D2 – Les méthodes et outils pour apprendre

D3 – La formation de la personne et du citoyen

D5 – Les représentation du monde et l’activité humaine

FRAMASOFT Tutoriel

Cliquez sur l’image pour voir la video.

Descriptif général 

Le projet du groupe TraAM de l’Académie de Nice présente une démarche de démultiplication de l’écoute. Sur une plateforme d’hébergement, le professeur d’Éducation musicale propose des liens vers des œuvres étudiées en cours ou à écouter en situation domestique. L’élève y a un libre accès et peut proposer à son tour des liens.

Prenant en compte les pratiques culturelles des adolescents en matière d’écoute de la musique, ce projet ambitionne de donner à l’élève l’envie d’écouter, pour son plaisir personnel, des extraits d’œuvres musicales en relation étroite ou large avec le cours. Dans la droite ligne d’une pratique numérique déjà ancrée dans le quotidien des adolescents, le choix de Framasoft/MyFrama garantit leur sécurité. Cette plateforme est gratuite et pérenne, sa capacité d’affichage des liens est sans restriction et sans limite, elle n’est pas soumise aux impératifs publicitaires tout en garantissant le respect de la règlementation en matière de protection des données…

Elle offre enfin la possibilité de taguer les morceaux,

Concernant ce dernier point, en effet, le système des tags peut renforcer l’effet séquence mais peut aussi ouvrir un nouvel ordre, celui que l’élève aura décidé. Par exemple, plusieurs extraits du Barbier de Séville placés sur la plateforme sont chantés par le baryton-basse Luca Pisaroni. Le nom du chanteur est un tag de tous ces morceaux et renvoie à plusieurs vidéos de l’artiste en dehors de l’opéra de Rossini. En choisissant le tag « Luca Pisaroni » dans le nuage de tags généré par la plateforme, l’élève se crée une playlist autour de cet interprète et a ainsi accès à de la matière musicale ou culturelle qui n’a pas été abordée en cours.

Autre exemple autour de la découverte du Barbier de Séville au Théâtre Claude Debussy à Cannes le 19 novembre 2017, une séquence peu ordinaire est consacrée à cet opéra. Plusieurs de ses extraits sont choisis par le professeur et affichés sur la plateforme. D’autres extraits ouvrent de nouveaux champs à l’envie de découverte ou à la curiosité comme la citation de l’Ouverture du Barbier dans le film « Mrs Doubtfire » ou la très libre adaptation des pages orchestrales dans un des cartoons de la Warner Bros « Rabbit of Séville ».

La part enseignement n’est pas oubliée avec des extraits se rapportant aux compétences d’interprétation, d’écoute et de construction d’une culture musicale.

Autre perspective :

Sans revêtir ici une exemple concret dans la proposition, , l’élève peut être amené, par le biais de Framasoft, à se familiariser avec différentes versions d’une même œuvre musicale et envisager des travaux d’interprétation.

L’œuvre de Gershwin, « Summertime » offre de multiples interprétations que l’élève peut apprécier sans retenue (Ella Fitzgerald en version album ou live, Janis Joplin pour une interprétation plus rock ou Al Jarreau dans un registre plus groove…).  https://my.framasoft.org/u/traam_acnice/?do=tagcloud

À l’issue de cette imprégnation, un travail par îlot peut être mis en œuvre : s’inspirant des versions mises à disposition, chaque groupe est amené à élaborer sa propre interprétation. Au-delà du jeu sur les différences de tempo, des interprétations peuvent reposer sur l’articulation des phrases musicales (plus lent pour Ella Fitzgerald en studio, plus rythmée pour Janis Joplin avec adaptation libre du texte…) ou le jeu sur les sonorités au détriment de la compréhension du texte (Al Jarreau). Ce travail peut prendre appui sur un playback mis à disposition afin de faciliter les échanges et le travail en autonomie. En ce sens, la confrontation d’interprétations amène l’élève à se forger sa propre vision de l’œuvre et à se l’approprier, voire à l’amener à chercher d’autres versions peut-être plus proche de sa vision personnelle. »

 

FRAMASOFT

Cliquez sur l’image pour voir des exemples.

Constat

Les élèves utilisent principalement la plateforme YouTube en renseignant la barre de recherche et en écoutant, en ligne, la ou les premières propositions. Certains se constituent une playlist sur YouTube ou sur d’autres plateformes. Des élèves ont aussi des comptes spécialisés (Deezer, Spotify, Qobuz, Apple Music, Google Play…) gratuits ou profitent de l’abonnement des parents.

Les playlist stockées sur une appareil dédié n’existent pratiquement plus au bénéfice des solutions en streaming.

Quelle que soit la technologie utilisée, le critère de sélection obéit au plaisir immédiat.

Face aux multiples accès qu’offre le numérique pour écouter de la musique en flux audio, l’élève doit apprendre à se repérer, s’ouvrir et à s’affirmer dans ses choix musicaux.

Démarche pédagogique :

A la fin du cycle 3 : En s’appuyant sur les compétences et les connaissances du programme d’Éducation musicale, l’élève apprend à se repérer, à s’affirmer dans ses propres goûts musicaux et à élargir sa culture musicale au contact d’une ou de plusieurs playlist de musique créées par le professeur.

Au cycle 4 : Toujours en s’appuyant sur les compétences et les connaissances du programme d’Éducation musicale, l’élève est amené à créer progressivement sa propre playlist.

En cinquième, il doit être capable d’enrichir la playlist de la classe (celle d’une séquence ou celle de toute une année scolaire), d’argumenter ses choix, de renseigner ses propres tags en fonction des œuvres étudiées et pratiquées en cours. Il se construit ainsi une culture musicale à la fois commune et personnelle (son univers musical).

En quatrième, une séquence peut être consacrée à la création d’une playlist par les élèves d’une même classe. En troisième, chaque élève (en s’inscrivant grâce à une adresse mail personnelle) peut passer à l’étape où, toujours en classe, il crée sa propre playlist à partir des œuvres étudiées dans l’année.

Parallèlement, sensibilisé et éduqué au respect de la propriété intellectuelle, il prend conscience des enjeux du droit de la création musicale et trouve les moyens de se mettre en conformité. Pour cela, il est aussi possible de solliciter l’EMI.

Enfin, l’élève peut placer sa playlist dans l’application FOLIOS, valorisant ainsi ses expériences comme ses compétences scolaires et extrascolaires. Cette démarche peut aussi l’aider à prendre conscience de son propre parcours d’EAC, d’en garder une traçabilité dans le temps et de développer une forme d’autonomie dans ses apprentissages.

Moyen technique :

La plateforme Framasoft offre un espace numérique de partage, MyFrama permettant d’afficher et de partager des liens, en l’occurrence ici, musicaux. Plusieurs outils sont fournis : mur d’images, miniatures, nuage de tags, journal…

Le mur de notre groupe TraAM qui nous a servi de test et qui constitue un exemple de réalisation dans ce dossier est accessible via le lien :

https://my.framasoft.org/u/traam_acnice/?do=tagcloud

La page d’accès correspond au nuage de mots taguer par nos soins autour de l’opéra Di nozze de Figaro de Mozart

Apports du numérique :

-Utiliser rapidement les fonctions au sein de la plateforme ;

-Démultiplier le partage de la musique via des liens ;

-Mettre en relation multiple des morceaux de la playlist ;

-Utiliser du vocabulaire spécifique par le jeu des tags ;

-Utiliser librement le terminal de son choix relié à Internet (ordinateur, tablette, smartphone…) ;

-Redonner aux œuvres étudiées la dimension artistique qui peut avoir été perdue dans une optique didactique ;

-Induire une autre forme de relation entre le professeur, l’élève et l’œuvre ;

-Apporter une nouvelle manière de garder trace du cours.

Éléments du programme mis en valeur :

Écouter, comparer, construire une culture musicale commune.

Échanger, partager, argumenter et débattre.

Éléments du socle commun :

D2 – Les méthodes et outils pour apprendre

D3 – La formation de la personne et du citoyen

D5 – Les représentation du monde et l’activité humaine

FRAMASOFT Tutoriel

Cliquez sur l’image pour voir la video.

Descriptif général 

Le projet du groupe TraAM de l’Académie de Nice présente une démarche de démultiplication de l’écoute. Sur une plateforme d’hébergement, le professeur d’Éducation musicale propose des liens vers des œuvres étudiées en cours ou à écouter en situation domestique. L’élève y a un libre accès et peut proposer à son tour des liens.

Prenant en compte les pratiques culturelles des adolescents en matière d’écoute de la musique, ce projet ambitionne de donner à l’élève l’envie d’écouter, pour son plaisir personnel, des extraits d’œuvres musicales en relation étroite ou large avec le cours. Dans la droite ligne d’une pratique numérique déjà ancrée dans le quotidien des adolescents, le choix de Framasoft/MyFrama garantit leur sécurité. Cette plateforme est gratuite et pérenne, sa capacité d’affichage des liens est sans restriction et sans limite, elle n’est pas soumise aux impératifs publicitaires tout en garantissant le respect de la règlementation en matière de protection des données…

Elle offre enfin la possibilité de taguer les morceaux,

Concernant ce dernier point, en effet, le système des tags peut renforcer l’effet séquence mais peut aussi ouvrir un nouvel ordre, celui que l’élève aura décidé. Par exemple, plusieurs extraits du Barbier de Séville placés sur la plateforme sont chantés par le baryton-basse Luca Pisaroni. Le nom du chanteur est un tag de tous ces morceaux et renvoie à plusieurs vidéos de l’artiste en dehors de l’opéra de Rossini. En choisissant le tag « Luca Pisaroni » dans le nuage de tags généré par la plateforme, l’élève se crée une playlist autour de cet interprète et a ainsi accès à de la matière musicale ou culturelle qui n’a pas été abordée en cours.

Autre exemple autour de la découverte du Barbier de Séville au Théâtre Claude Debussy à Cannes le 19 novembre 2017, une séquence peu ordinaire est consacrée à cet opéra. Plusieurs de ses extraits sont choisis par le professeur et affichés sur la plateforme. D’autres extraits ouvrent de nouveaux champs à l’envie de découverte ou à la curiosité comme la citation de l’Ouverture du Barbier dans le film « Mrs Doubtfire » ou la très libre adaptation des pages orchestrales dans un des cartoons de la Warner Bros « Rabbit of Séville ».

La part enseignement n’est pas oubliée avec des extraits se rapportant aux compétences d’interprétation, d’écoute et de construction d’une culture musicale.

Autre perspective :

Sans revêtir ici une exemple concret dans la proposition, , l’élève peut être amené, par le biais de Framasoft, à se familiariser avec différentes versions d’une même œuvre musicale et envisager des travaux d’interprétation.

L’œuvre de Gershwin, « Summertime » offre de multiples interprétations que l’élève peut apprécier sans retenue (Ella Fitzgerald en version album ou live, Janis Joplin pour une interprétation plus rock ou Al Jarreau dans un registre plus groove…).  https://my.framasoft.org/u/traam_acnice/?do=tagcloud

À l’issue de cette imprégnation, un travail par îlot peut être mis en œuvre : s’inspirant des versions mises à disposition, chaque groupe est amené à élaborer sa propre interprétation. Au-delà du jeu sur les différences de tempo, des interprétations peuvent reposer sur l’articulation des phrases musicales (plus lent pour Ella Fitzgerald en studio, plus rythmée pour Janis Joplin avec adaptation libre du texte…) ou le jeu sur les sonorités au détriment de la compréhension du texte (Al Jarreau). Ce travail peut prendre appui sur un playback mis à disposition afin de faciliter les échanges et le travail en autonomie. En ce sens, la confrontation d’interprétations amène l’élève à se forger sa propre vision de l’œuvre et à se l’approprier, voire à l’amener à chercher d’autres versions peut-être plus proche de sa vision personnelle. »

This website uses cookies and asks your personal data to enhance your browsing experience.