Challenge mobilité à Sophia AntipolisL’objectif de ce projet, mené par M. Olivier DARGENT, enseignant de SVT, est de recueillir le témoignage du fondateur de la technopole sur les relations entre l’économie et l’écologie à l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire de Sophia Antipolis. Ce témoignage a ainsi été préparé, enregistré, et diffusé à tous en ligne. Lors de la visite d’entreprises par les élèves dans le cadre de leur parcours avenir, celles-ci ont réagi sur ces propos et ont expliqué les actions réalisées en terme de développement durable au regard des intentions initiales du sénateur Laffitte. Les écodélégués ont ainsi pu s’inspirer de ce témoignage pour mener des actions concrètes (tri dans les classes / récupération / challenge mobilité / beach walk…) pour réduire l’impact des activités humaines sur l’environnement.

Les partenaires impliqués sont la ville de Valbonne, l’école des Mines Paritech qui a permis à la rencontre de se réaliser, le Sophia Club Entreprises qui se doit d’appliquer la charte initiale de la technopole, avec le volet environnemental tel le respect d’1/3 de surface construite contre 2/3 de surfaces naturelles.

La production est un clip mis à disposition de la communauté incluant le témoignage du sénateur LAFFITTE et de responsables d’entreprises historiques de la technopole comme Air France. Les séquences de drones réalisées par les élèves eux-mêmes.

Les élèves concernés sont ceux de seconde, de première, ainsi que, bien entendu, les écodélégués de l'établissement, soit 20 élèves directement. La vidéo a été réalisée par Tom RUCHIER BERQUET.

Les perspectives sont toutes les actions menées par les écodélégués dans la lignée de ce témoignage exemplaire et visionnaire du sénateur.

 Interview du sénateur Pierre Laffitte

Les écodélégués du Centre international de Valbonne en séance de travail. « Penser global et agir local » : les écodélégués se sont réunis pour réfléchir ensemble et proposer des actions à mettre en œuvre dans leur établissement pour contribuer à la réduction du réchauffement climatique dans les Alpes.

Une démarche venant des élèves pour les élèves, qui leur permet de se concerter, de partager et de développer leurs capacités de conviction !

L’action du lycée Auguste-Escoffier de Cagnes-sur-Mer, dans le cadre de l’objectif de développement durable n°1, a produit bénévolement 100 repas destinés aux plus démunis, distribués par la Protection civile. L’approvisionnement a été local, les élèves ont appris de nouvelles techniques de cuisine, des bénéficiaires ont pu manger sainement, c’est un cercle vertueux !

Les écodélégues du lycée Val d’Argens du Muy, dans le cadre de l’objectif de développement durable n° 12, ont mis en place un projet de gestion des déchets au sein de leur établissement :

  • des plaquettes sensibilisant au tri ;
  • des conteneurs séparés pour les déchets ;
  • des capteurs couplés à des cartes Arduino pour évaluer leur masse pour guider les élèves dans leur tri.

Bravo à eux !

La lutte contre le gaspillage alimentaire au lycée Alexis-de-Tocqueville. Les écodélégués ont milité pour mettre en place un bar à salades, l’approvisionnement local, l’achat de pains bio et le fromage à la découpe pour limiter le recours aux emballages.