Archives Frejus

Réunion des documentalistes du bassin Fréjus-Saint Raphaël

Lycée Camus, Fréjus

30 novembre 2007

Après-midi

Présents : 16 Absents : 5 dont 3 excusés

Le bassin de Fréjus voit arriver 4 nouvelles collègues suite à des départs à la retraite et des mutations.

Etude de cas d’un projet de politique documentaire :

Céline Lagana, Collège de Cogolin, a accepté que nous utilisions le projet qu’elle a élaboré et doit présenter au CA de son établissement pour l’année en cours. Le projet est présenté au vidéo projecteur.

La discussion s’engage au fur et à mesure de sa présentation.

Un premier point soulève beaucoup de questions : le choix de l’équipe de travail. Céline a obtenu qu’une équipe de volontaires composée de professeurs de chaque discipline ainsi que d’autres personnels se constitue. Il apparaît que cela peut être plus positif que la structure du conseil pédagogique ou les membres ne sont pas toujours des volontaires.

La constitution de cette équipe s’est faite en discutant avec les collègues pour obtenir que dans chaque matière une personne s’engage.

Avant la première réunion, la collègue avait préparé et donné un dossier de présentation :

  • les thèmes des recherches à venir,

  • ce qui se fait en formation des élèves,

  • un référentiel de compétences documentaire,

  • une fiche de besoins en ressources.

L’étude de ce cas, qui est très complet et bien avancé dans la réflexion sur la politique documentaire a permis à chacune de mieux comprendre quel était l’objectif à atteindre, même si des interrogations et des réticences demeurent.

Par exemple, la question de savoir comment avoir une vision globale de la formation des élèves en recherche documentaire, par le professeur documentaliste mais aussi par les professeurs de discipline, et pour tout le niveau. Et arriver à le mettre en place.

La question de la difficulté de mise œuvre du volet formation dans les lycées s’est posée.

Les collègues soulèvent qu’il est souvent difficile de prévoir les actions pédagogiques en fin d’année ou même au début en septembre.

Ordre du jour proposé par les collègues : travailler sur le volet culturel et éventuellement inviter un chargé de mission.

Première réunion du Bassin Fréjus Saint-Raphaël

Écrit par Super User
Catégorie : Premières réunions des bassins : les comptes-rendus
Publication : 15 février 2012
Affichages : 390

Réunion des professeurs -documentalistes du bassin de Fréjus -Saint -Raphaël
Lundi 14 novembre 2011
Lycée Saint -Exupéry – SAINT -RAPHAËL

1. Compte -rendu de la réunion des coordonnateurs du 19 septembre 2011 :
Echanges autour du compte -rendu publié sur Doc@zur. Résultats sur l’académie, priorités académiques toutes disciplines confondues, formation des stagiaires en documentation, personnels en réadaptation, etc.

2. Le “1/4 d’heure Doc@zur” :
Présentation de quelques articles et brèves ayant retenu notre attention sur Doc@zur (vidéo projeté) :

– “Cartographie du numérique pour le prof -doc”,

– “Carte heuristique”,

– “Le monde de Wordle, générateur de mots -clés”

– “Intégration de ressources numériques dans e -sidoc : le site.tv, Universalis, MémoElectrePlus”.
Objectif : informer mais aussi inciter les collègues à publier et mutualiser sur le site.

3. Présentation de la plateforme collaborative Form@zur à tous les collègues et prise en main individuelle.

4. Implication des documentalistes de lycées et LP dans le dispositif « Accompagnement Personnalisé » :
Sur les 3 lycées publics, 2 proposent des séances menées par le professeur -documentaliste. Les deux niveaux (2nde et 1ères) sont concernés.
Au lycée professionnel, l’accent est mis sur les 2 classes « Découverte professionnelle ».
Dans le troisième établissement, le professeur -documentaliste intervient ponctuellement sur le thème de l’orientation, mais pas sur le dispositif dans son ensemble, pour des raisons d’exiguïté des locaux.
Dans l’établissement privé, l’AP est entièrement géré par les enseignants, les professeurs -documentalistes n’interviennent pas.

5. Réflexion et choix des thématiques des 2 réunions de bassin suivantes :
Les thèmes retenus sont les Learning centers, les Serious Games, et la presse en ligne.
Toutefois, la question des Serious games étant traitée le 18 novembre lors de la conférence organisée par la
FADBEN : « Comment former des internautes responsables ? », nous verrons s’il est utile de travailler en
bassin sur ce thème.

6. Discussion préparatoire à notre J2 de février sur le thème des Learning Centers :
A partir de documents en ligne abordant la question des Learning Centers, échanges sur les contraintes humaines, budgétaires liées à ce type de structures. Forte interrogation sur la place du professeur -documentaliste dans un lieu aussi « ouvert » et sur les objectifs pédagogiques visés.
Il est décidé d’alimenter la plateforme Form@zur avec des liens et documents relatifs à ce thème, afin de mieux préparer notre prochaine réunion. L’objectif serait de construire un tableau présentant les caractéristiques d’un Learning Center dans le cadre d’un établissement du secondaire (axes aménagement, accueil, pédagogie, etc.) afin d’en donner une vision clarifiée.

7. Le temps “Coup de cœur des documentalistes” :

– Jenna Fox tome 2 de Mary E. PEARSON et Faustina FIORE

– La reine des mots d’Armand CABASSON

– La fille de mes rêves de Christophe LAMBERT

– Prada et préjugés de Mandy HUBBARD

– Ecoute -là de Sarah DESSEN

– 211 idées pour devenir un garçon génial de Tom CUTLER.

8. Tour de table sur la question des aides -documentalistes :
De plus en plus de collègues ont perdu toute aide en personnel et doivent faire face à l’ensemble de leurs missions totalement seuls dans leurs CDI. Les sollicitations pédagogiques sont toujours aussi nombreuses, voire plus importantes depuis la mise en place des dispositifs liés aux réformes (Accompagnement Personnalisé, Socle commun, PDMF, Accompagnement éducatif…).
Un sentiment d’épuisement et surtout de « régression » dans le métier en résulte, puisque les documentalistes se retrouvent obligés d’abandonner des projets pédagogiques pour se cantonner à la gestion.
Sur 18 établissements : seulement 5 ont un aide -documentaliste quelques heures par semaine, et 13 sont complètement seuls depuis la rentrée.

Après discussion, il est décidé d’abandonner pour l’instant notre idée de projet de bassin autour des sciences.

Deuxième réunion du bassin Fréjus Saint Raphaël

Écrit par Super User
Catégorie : Deuxièmes réunions de bassin : les comptes rendus
Publication : 4 juin 2012
Affichages : 279

AXE 1 : ACCUEIL et ESPACES

REALISABLE

NON REALISABLE

La création de zones bien distinctes,

en fonction :

– du type d’activités,

– du travail individuel ou en groupe,

– du type d’élèves (collège/ lycée général /lycée professionnel),etc.

Une attention accordée à l’éclairage selon les espaces dédiés.

Si budget, réflexion sur un mobilier modulable et plus “attractif” pour les élèves.

Signalétique élaborée de type “professionnel”.

La création de zones distinctes est toutefois relative puisque elle dépend de l’architecture du lieu (surfaces, présence ou non de salles annexes, possibilité de surveillance…) ; en effet, il s’agit d’élèves entre 11 et 17 ans, et non d’usagers, qui n’ont ni la maturité ni l’autonomie d’étudiants d’université.

Un lieu totalement ouvert, conséquence d’une fusion CDI/Vie Scolaire ne peut être envisagé.

Il serait source de confusion des missions et des rôles de chacun, et générerait des comportements d’élèves inacceptables. Il ne nous permettrait pas d’exercer notre mission pédagogique, essentielle à nos yeux, que nous tenons à conserver.

Le lieu CDI n’est pas là pour palier le manque d’espace et le professeur documentaliste n’est pas là pour palier le manque de personnels.

Avec un seul professeur documentaliste responsable du centre, une amplitude d’ouverture maximale est difficilement réalisable.

AXE 2 : DOCUMENTS et RESSOURCES

REALISABLE

NON REALISABLE

Un enrichissement du fonds documentaire en matière de ressources numériques.

Toutefois, il est à noter que le professeur documentaliste travaille déjà au quotidien avec les documents numériques et qu’il est très souvent force de proposition concernant les nouveaux usages liés à ces ressources au sein des équipes pédagogiques.

Une offre documentaire pertinente, basée sur les besoins des élèves et des enseignants et axée sur la diversité des supports.

  – Un fonds entièrement composée de ressources numériques.

– Une simple mise à disposition des ressources.

– Une conception des élèves ayant déjà les pré -requis nécessaires à l’utilisation de ces ressources.

– Des ressources uniquement payantes (même si ces ressources sont payées par les collectivités).

– La “marchandisation” d’un lieu de culture en lieu de consommation passive.

La question des budgets nécessaires à la maintenance et au renouvellement du matériel informatique se pose.

AXE 3 : PEDAGOGIE et ROLE DU PROFESSEUR DOCUMENTALISTE

REALISABLE

NON REALISABLE

Nous regrettons, après étude des documents traitants des Learning Centers, que notre rôle ne soit pas clairement explicité.

– L’abandon de notre mission essentiellement pédagogique n’est pas envisageable.

– La redéfinition de notre rôle en tant que simple prestataire de services.

– Une confusion des rôles et des missions avec la Vie Scolaire.

Pour conclure, tels qu’ils nous sont actuellement présentés, les Learning Centers ne nous semblent pas transposables en milieu scolaire.

Bien que très séduisant en terme de surfaces, de design du mobilier, de fonds documentaire, de matériel informatique et de nombre de personnel affecté à la gestion d’un tel lieu, ce nouveau concept de Learning Centers nous apparaît assez utopique. En effet, le coût financier inhérent à ce type d’aménagements constitue un frein important à la mise en place de ces centres dans les établissements scolaires français.

L’erreur première a peut -être consisté à partir du lieu et non pas du public, les élèves ne pouvant être confondus avec de classiques usagers des bibliothèques, n’ayant ni leurs pratiques, ni leur maturité, ni leur degré d’autonomie.

Le concept de Learning center suscite de nombreuses interrogations quant aux missions des professeurs documentalistes.

Troisième journée du Bassin Fréjus-Saint-Raphaël

Écrit par Super User
Catégorie : Troisièmes réunion de bassin : les comptes rendus
Publication : 21 juin 2012
Affichages : 309
  • Début de la réunion :

Présentation par la documentaliste du collège Villeneuve du réaménagement des espaces du CDI suite à sa participation au stage « Performance de l’outil CDI ».

2. Conférence de Louise Merzeau, « Oublier l’oubli : mémoire et traçabilité numérique ».

Louise Merzeau est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, et membre du CRIS. Ancienne rédactrice en chef des Cahiers de médiologie, elle est actuellement membre du comité de rédaction de la revue MédiuM et membre du comité scientifique de la revue Documentaliste.

Ses recherches portent sur les rapports entre mémoire et information, sur la protection des données personnelles et sur l’identité numérique. Depuis octobre 2010, elle est chargée du pilotage scientifique des ateliers méthodologiques de l’INA sur le dépôt légal du Web audiovisuel.

2.1 Synthèse de la conférence :

Nos traces s’inscrivent de façon systématique dans l’environnement numérique chaque fois que nous le consultons. Connexions, navigations, consultations, évaluations, relations : dans l’environnement numérique, tous nos agissements déposent une trace, souvent à notre insu. Cette foule de traces automatiques et non intentionnelles constitue paradoxalement une « mémoire par défaut », indélébile, où l’oubli semble désormais impossible.

Le passage des « signes » (publicité visant les mass -média, dénominateurs communs à un même groupe) aux « traces » (singularité et profilage de plus en plus fin), puis du « ciblage » au « criblage » (via le système des recommandations) s’est développé. Il est notamment favorisé par de nombreux sites incitant l’utilisateur à se profiler, en vue d’une marchandisation de ces données, certains industriels n’hésitant pas à anticiper les besoins éventuels, à partir des données collectées.

Les pistes proposées par Louise Merzeau pour lutter contre cette expropriation et privatisation de nos traces :

  • Instaurer une labellisation des sites concernant le degré d’ anonymat et la durée de vie des infos déposées.

  • Accepter de laisser des traces en « friche » (métadroit à l’oubli) .

  • « Patrimonialiser » nos traces, c’est -à -dire se réapproprier cette mémoire numérique, en créant des collaborations, des alliances mémorielles (redocumentarisation via le site Flickr, vente ou collaborations entre institutions et internautes…)

2.2 La projection de la conférence est suivie d’une discussion :

La conférence est jugée très intéressante, surtout pour les documentalistes n’ayant pas pu assister au Congrès de la FADBEN de mars 2012 à Paris qui soulevait ces questions, avec notamment Louise Merzeau elle -même.

En tant qu’enseignants spécialistes de l’information, l’objectif pédagogique des professeurs documentalistes est de faire prendre conscience à nos élèves des enjeux liés à l’industrie du numérique, à les aider à analyser leurs pratiques afin d’avoir une utilisation plus réfléchie du Web.

Nous constatons que la plupart des séances menées avec les élèves concernent la méthodologie ou l’initiation aux outils de recherche tels que E -Sidoc, mais n’abordent pas – ou peu – les vrais questions de leurs pratiques liées au numérique, des enjeux (économiques, sociologiques) et des risques…

Partant de ce constat, nous décidons de réfléchir collectivement à l’élaboration de deux séances pédagogiques :

  1. Approche critique de la recherche documentaire sur Internet.

  2. Identité et traçabilité numérique.

Il est décidé de travailler l’année prochaine lors de notre 1ère journée sur l’élaboration de ces séances

(cf . descriptif ci -dessous).

Séance 1 : Approche critique de la recherche documentaire sur Internet

Support

Sites internet sur thèmes polémiques ou engagés :

Les vaccins, le nucléaire, les OGM, l’homéopathie, l’euthanasie, l’IVG, le mariage homosexuel, le voile…

Notions abordées

  • Choix des mots clés

  • Orientation « idéologique » du site

  • Redondance et pillage de l’information d’un site à l’autre

  • Validité des sources

  • Plagiat

Objectifs de la séance

  • Développer son esprit critique face aux informations disponibles sur le web.

  • Apprendre à évaluer la fiabilité des informations

Séance 2 : Identité et traçabilité numérique

Supports

Facebook, Google, sites commerciaux avec publicités ciblées (voir comment on peut utiliser ces supports malgré les filtres).

Notions abordées

  • Notions d’algorithmes liés au numérique

  • Vie privée/vie publique

  • Mémoire numérique

  • Profilage économique

Objectifs de la séanc

  • Prendre conscience du devenir des informations déposées sur le Net

  • Connaître le fonctionnement du numérique utilisant nos données : algorithmes, moteurs, réseaux sociaux..

L’incidence des nouveaux enseignements et/ou dispositifs sur les pratiques documentaires et la culture de l’information (Accompagnement Personnalisé, Enseignements exploratoires, Accompagnement éducatif, HDA…) :

    • Accompagnement (Personnalisé et Educatif) :

L’Accompagnement Personnalisé en lycée, ou l’Accompagnement Educatif en collège permet aux enseignants, dont les professeurs -documentalistes, de travailler en microgroupes ou en demi -classes, et facilite donc les apprentissages. Il s’agit d’un suivi personnalisé, d’une véritable adaptation aux besoins de l’élève.

Il offre un créneau horaire pour enfin travailler sur la méthodologie générale, ou sur l’orientation. Il donne également l’occasion de travailler sur les ressources numériques.

Toutefois, on constate une grande diversité dans les 4 lycées du bassin concernant l’Accompagnement Personnalisé : parfois l’esprit de séances adaptées aux besoins est vraiment respecté, mais dans certains établissements, l’AP est parfois dévoyé : séances en classe entière à 35 élèves, cours disciplinaire, et parfois même suppression pure et simple des heures d’AP !

Dans tous les établissements, collèges et lycées, on note une « sur -occupation » du lieu CDI (ou de ses salles annexes) par ces nouveaux dispositifs. En effet, les autres demandes ne peuvent plus être satisfaites en terme d’accueil et les professeurs documentalistes se retrouvent souvent obligés de faire des choix entre AP et Enseignements Exploratoires, ou autres projets, de manière souvent arbitraire, à cause de télescopages d’emploi du temps et de mise en barrettes des différents dispositifs…

Très souvent et majoritairement en collège, le problème de l’équipement informatique se fait sentir : comment mener une séance à 12 ou 25, 30 élèves, avec seulement 7 postes informatiques ?

    • PDMF :

Présent essentiellement en collège, ce dispositif est souvent mis en place par le professeur documentaliste à la demande du chef d’établissement. Toutefois, les enseignants de discipline ne l’intègrent pas vraiment dans leurs pratiques et ne s’approprient pas les outils que de manière insuffisante. Il ressort de la discussion qu’une progression de la 6e à la 3e plus formelle serait nécessaire pour rendre le dispositif réellement efficace.

Ce dispositif a pour effet positif une fréquentation accrue du lieu CDI, ainsi qu’une occasion pour les documentalistes de mettre en place des pratiques documentaires dans un contexte d’orientation.

    • Histoire des Arts :

Les pratiques sont très contrastées :

En LP, la DP6 occasionne 10h hebdomadaires d’HDA au CDI sur toute l’année, parfois au détriment d’autres disciplines, ce qui occasionne des tensions entre enseignants, et limite l’action du professeur documentaliste à un nombre très réduit d’élèves.

En LG, l’HDA est entièrement gérée par les professeurs dans les cours, les documentalistes n’étant pas du tout sollicités.

Dans tous les collèges, l’HDA a pour incidence un enrichissement du fonds documentaire sur l’art.

En terme de pratiques pédagogiques, les situations sont diverses, certains documentalistes ayant créés une grille d’analyse d’oeuvres, 2 documentalistes participant aux jurys.

Conclusion :

Ces nouveaux dispositifs, bien que pertinents, trouvent parfois leurs limites :

    • En collège, seule l’HDA (et dans une moindre mesure le PDMF) a permis aux professeurs documentalistes de développer davantage leurs pratiques documentaires auprès des élèves, malgré le manque parfois d’équipement informatique suffisant.

    • En lycée, l’Accompagnement Personnalisé a constitué une réelle opportunité de formaliser les pratiques, en offrant un cadre horaire très pertinent. Toutefois, il est à noter que la systématisation du dispositif sur les trois niveaux (2nde, 1ère et Tle à partir de l’année prochaine) pose d’ores et déjà des problèmes à la fois d’occupation du lieu, et de télescopage avec les autres projets.

F. DELCLOS, C. DENEL,

Bassin de Fréjus -Saint -Raphaël,

01.06.2012

Compte-rendu de la 1ère réunion du bassin de Fréjus/Saint-Raphaël

Écrit par Super User
Catégorie : 2012-2013
Publication : 3 mars 2013
Affichages : 228

– Accueil de 4 nouveaux professeurs documentalistes dans le bassin : clg André Cabasse de Roquebrune/Argens, clg Berty Albrecht de Sainte -Maxime et Lycée du Golf de Saint -Tropez à Gassin (2 postes).
– 15 présents + une AE exerçant en collège candidate au CAPES interne, 6 absents dont 4 excusés.

1. Informations générales :

– Compte -rendu de la réunion des coordinateurs du 17 septembre 2012.

– Salon du Livre de Toulon : compte -rendu d’expérience de partenariat et de rencontre élèves/illustrateur.

– Journée départementale des professeurs documentalistes : Développement Durable de la Lecture, thème 2013 « Les Voies(x) du Livre » (29 janvier à Hyères).

– Echanges sur l’évolution du projet Lecture du bassin « De la Plume à l’oreille ».

2. Ressources commandées via le Catalogue Chèques Ressources :

EN COLLEGE :

Le choix s’est porté prioritairement sur des manuels numériques (3 collèges, en Maths et Histoire -géo).

En deuxième position viennent des ressources pour l’Histoire des Arts (Le Louvre et le Quai d’Orsay, Patrimoine, Musique, Cinéma fantastique).
Des ressources plus « généralistes » ont été également été choisies : le site TV, Encyclopaedia Universalis Collège, Dictionnaire Le Robert, et des ressources type « accompagnement scolaire » (Maxicours et Accompagnement Personnalisé SEGPA).
Viennent ensuite des ressources visant l’orientation (Guide Pour l’Orientation 2, Canal Métiers.tv).
Enfin, plus rarement, des ressources disciplinaires (Sciences, Anglais).

EN LYCEE :

Certaines ressources étant déjà proposées via CORRELYCE, le CCR a servi à « compléter » cette offre. Les choix ont été transversaux (un correcteur orthographique, Paraschool, Europress,). Pour un des trois lycées, le choix s’est porté sur des Cdroms, notamment en Latin -Grec, pour constituer un fonds et pouvoir réutiliser ces ressources les années suivantes.

3. Ateliers “Montage de séances pédagogiques” :
Travail en groupe en vue de l’élaboration de séances pédagogiques sur les thèmes :
– « Approche critique de la recherche documentaire sur Internet »
– « Identité et traçabilité numérique ».

Quatre ateliers ont élaboré des séances, ci -dessous les propositions :

  • Thématique 1 : « Approche critique de la recherche documentaire sur Internet » :

  – ATELIER 1 : Comparer un même thème, a -priori sujet à controverse (homéopathie, OGM, mariage pour tous, nucléaire…), sur des sites trouvés via Internet et via BCDI. Notions d’auteur, de mention d’autorité, d’intention, de fiabilité des sources.
  – ATELIER 2 : même démarche, mais nécessité d’inscrire la recherche dans un dispositif existant (dossier SVT 3ème, TPE, AP ou Semaine de la Presse) pour « donner du sens » et dépasser le stade de la tâche procédurale.

  • Thématique 2 : « Identité numérique et traçabilité » :

  – ATELIER 3 : Travail à partir d’une séance proposée sur le site Mesdocsdedocs, « Qu’est -ce que l’identité numérique ? » (http://mesdocsdedoc.over -blog.com).
  – ATELIER 4 : Comment construire ton identité ?
Séance collège 4ème, Education civique, thème « Les libertés ». Objectif : faire prendre conscience aux élèves de l’image qu’ils véhiculent d’eux -mêmes sur Internet. Notions abordées : traçabilité numérique, adresse IP, paramétrage réseaux sociaux, « e -réputation ».

Il est convenu que ces 4 séances devront être testées d’ici la deuxième réunion de bassin, afin de les finaliser et de les mutualiser sur le site académique Doc@zur.

F.DELCLOS, C.DENEL, coordonnatrices bassin Fréjus/Saint -Raphaël

J1, Collège André Léotard, FREJUS, 23.11.2012

Deuxième réunion de bassin de Fréjus / Saint-Raphaël (05.02.2013)

Écrit par Super User
Catégorie : 2012-2013
Publication : 3 juin 2013
Affichages : 576

Deuxième réunion des professeurs documentalistes du bassin de Fréjus / Saint -Raphael
Mardi 5 février 2013, Lycée du Golfe de Saint -Tropez

Ordre du jour :
1 – Recensement des actions lecture menées en partenariat avec les professeurs de Lettres
2 – Bilan de la journe de bassin n1
3 – Point sur les objectifs des Journées de bassin
4 – Point sur les modalités de l’Accompagnement Personnalisé
5 – Point sur les budgets
6 – Réflexion autour du concept de CDI Numérique

La séance débute par trois remarques :
– Certains professeurs documentalistes aimeraient avoir des précisions concernant les modalités de nomination et les conditions d’exercice des stagiaires pour la rentre 2013. En effet, certaines mutations sont devenues plus difficiles du fait de la localisation, parfois concentrée, des postes réservés aux stagiaires.
– Un professeur documentaliste de collège s’interroge sur le nombre de postes informatiques de son CDI. L’ATIC de son établissement lui a parlé d’un quota imposé par le Conseil Général ne devant pas excéder 11 postes au total. Cette obligation n’étant pas connue du reste du groupe, il serait souhaitable d’obtenir le document officiel.
– Une majorité de professeurs documentalistes fait part de sa déception quant à la demi -journée professionnelle départementale qui a eu lieu Hyères le 29 janvier 2013, les ateliers proposés n’ayant pas répondu aux attentes, notamment ceux sur les tablettes qui n’abordaient pas l’aspect pédagogique.
Certains demandent s’il serait possible de participer au colloque Ecritech , réservé en priorité aux professeurs des Alpes -Maritimes.

Point 1 : Recensement des actions lecture menées en partenariat avec les professeurs de Lettres :
A la demande de l’Inspection, les professeurs documentalistes ont renseigné un tableau décrivant les partenariats entrepris avec les professeurs de Lettres.
La réalisation d’un tableau commun (transmis par Evelyne THIERY, chargée de mission d’Inspection), soulève de nombreuses remarques et questionnements, notamment en relation avec les deux projets Lecture en place dans le bassin ( De la Plume l’Oreille  et Chemins de lecture ) :
– Quelle articulation entre le professeur de Lettres et le professeur documentaliste : ce dernier doit -il forcément intervenir en amont ? Ou rester dans l’ombre pour ne privilégier que l’aspect logistique ?
– Dans nos CDI, mais également dans les sélections de nos Prix littéraires, doit -on faire lire à tout prix et coûte que coûte , ou opérer une hiérarchisation dans les oeuvres proposées ?
– La littérature jeunesse a -t -elle encore une place suffisante dans les programmes de Lettres, ou bien doit -elle être cantonnée aux CDI ?
– Enfin, les DGH se réduisant, nous constatons que les professeurs de Lettres ont de moins en moins de temps pour des projets en partenariat avec les professeurs documentalistes .
Un professeur présente un auteur de jeunesse hyérois, Thibault MARTHI, qui se déplace gratuitement dans les établissements pour faire la promotion de son 1er roman : Le Royaume des Gronx (éditions du Lau).

Point 2 : Bilan de la journe de bassin n 1 :
Lors de la première journée de bassin, des fiches pédagogiques ont été réalisées sur le thème de l’identité numérique et sur la fiabilité des informations sur Internet. Les professeurs ayant testés ces séances donnent leur avis.
Certains rappellent que des associations extérieures interviennent parfois dans les établissements sur ce thème. Le professeur documentaliste en est rarement informé, ce qui pose la question de la reconnaissance de son expertise dans ce domaine. Il serait peut -être souhaitable que les chefs d’établissement en soient alertés.

Point 3 : Point sur les objectifs des Journées de bassin :

Etant donné le taux d’absentéisme lors de ces journées de bassin, absentéisme faible mais constant, les deux coordonnatrices souhaitent redéfinir leur utilité et les attentes de chacun.
Certains professeurs documentalistes expliquent qu’il est parfois difficile de fermer le CDI pour une journée, surtout avec la multiplication des taches inhérentes à l’évolution du métier. Mais tous soulignent l’importance de ces rencontres afin d’échanger, de mutualiser les pratiques, de rencontrer ses collègues et de découvrir d’autres espaces.

Un schéma heuristique est réalisé, listant les attentes et besoins :

Point 4 : Modalités de l’Accompagnement Personnalisé :
Une grande disparité dans l’organisation de l’AP a été remarquée, notamment dans la manière dont le professeur documentaliste est impliqué.
Il a été rappelé que les professeurs disciplinaires touchent d’ailleurs des HSE pour ces AP, alors que le documentaliste s’en occupe pendant ses heures de service. A noter que le taux d’HSE est inférieur pour les documentalistes, malgré le grade équivalent.

Plusieurs différences ont été relevées dans l’organisation de l’AP :
– Public : groupes de besoins (problème alors des emplois du temps en barrette ) ou demi -classes.
– Disciplines concernées : dans la plupart des EPLE, ce sont les Mathématiques et le Français.
– Contenus : Aide au devoir / Méthodologie / Apprentissages documentaires (reliés, ou non, aux contenus disciplinaires).
– Professeurs : souvent celui de la discipline concernée / Documentaliste / Personnel vie scolaire.
– Lieux : salle de classe / CDI / permanence / salle informatique (peut être un frein).

Point 5 : Budgets :
Un documentaliste s’interroge sur la réduction significative de son budget, et voudrait savoir s’il en est de même dans les autres établissements.
Après comparaison, il apparaît que les budgets sont sensiblement les mêmes en collège (entre 2 et 3,5 euros / élève), alors qu’il y a de plus grandes disparités dans ceux des lycées (jusqu’à 8 euros / élève).
Avec la réforme budgétaire, il est primordial de rédiger des projets et de les rattacher aux différents axes du projet d’établissement, afin de s’assurer de leur financement.

Point 6 : Réflexion autour du concept de CDI Numérique :
Notre bassin souhaite anticiper les mutations liées aux usages numériques et mener une réflexion prospective. D’autant plus que dans certains CDI de lycée, les usages commencent se multiplier : tablettes pretées à certaines classes, travail essentiellement sur Internet, dématrialisation du savoir.
Le terme de CDI numérique fait l’objet d’une discussion car il recouvre des aspects très diversifiés.

Un schéma heuristique est réalisé sur LES DIFFERENTS ASPECTS DU CDI NUMERIQUE afin d’amorcer une réflexion que nous souhaitons poursuivre lors de notre J3.

La journée de bassin n°3 est prévue le 6 mai 2013, au collège Gabrielle Colette de Puget/sur/Argens.

Compte -rendu rédigé par Roxane OBADIA
Professeur documentaliste, Collège G. Colette

Compte-rendu 3ème réunion de bassin Fréjus/Saint Raphael

Écrit par Super User
Catégorie : 2012-2013
Publication : 14 juin 2013
Affichages : 359

Ordre du jour : Informations PAF 2013 -2014, Rencontre avec Aurélie AIME, chargée de mission Culture scientifique, Formations “Communication orale et gestion de conflits” et “Les outils du web 2.0”. :

Présents : 14 Excusés : 3 Absents : 2

1. Informations Evelyne THIERY :


PAF 2013 -2014 : présentation détaillée des stages.
Stage BCDI proposé dès le mois de novembre car il intéresse surtout les nouveaux personnels, notamment les contractuels ou les enseignants en réadaptation.

Stage BCDI/Esidoc : une collègue fait remarquer que ce stage devrait être divisé en deux, l’un sur BCDI, l’autre sur Esidoc. En effet, les attentes des stagiaires sont différentes et la formation BCDI sur 2 jours pleins n’est pas pertinente.

Tablettes au CDI : 2 collègues font remonter que lors d’une réunion entre leur établissement et la personne chargée de l’équipement des collèges, cette dernière a refusé la demande d’équipement en tablettes du CDI, ne la jugeant pas pertinente.
Il serait souhaitable que soit rappelé au CG que le professeur documentaliste est un professeur part entière et qu’à ce titre, il a des demandes d’équipement spécifique qui n’ont pas à être remises en question.


2. Rencontre avec Aurélie AIME, chargée de mission Culture scientifique :


– Présentation de son action et de ses missions (Jardin du Rayol et Etangs de Villepey). Projet de travail sur les Etangs avec les autres chargés de mission, afin de créer un parcours, dans le but éviter la redondance d’un niveau l’autre, depuis la maternelle jusqu’au lycée.

– Discussion sur le montage d’un projet de bassin autour d’un thème scientifique : un concours de courts -métrages sciences sur un thème commun collège/lycée est évoqué. Aurélie AIME nous enverra des thèmes possibles de travail, partir des différents programmes de collège et lycée.

3. Formation “Communication orale et gestion de conflits” :


– Les coordinnatrices proposent un temps de formation à partir d’un diaporama initialement réalisé pour les stagiaires en documentation, sur les techniques de communication orale en situation de classe, la communication interpersonnelle et la gestion de conflits.

4. Formation “Les outils du web 2.0” :


– Présentation et échanges autour d’outils comme Pearltrees, Scoop it, Prezzi, Dipity…
– Mutualisation des connaissances et des pratiques.
– Au -delà des outils, simples supports techniques, une réflexion s’amorce sur les usages avec nos élèves et l’apport pédagogique de ces outils.

F. DELCLOS, C.DENEL,
Coordonnatrices du bassin Fréjus/Saint -Raphael

Première journée du bassin Fréjus Saint-Raphaël

Écrit par Super User
Catégorie : Premières réunions des bassins : les comptes-rendus
Publication : 30 janvier 2014
Affichages : 255

18 professeurs documentalistes présents.
6 nouveaux professeurs documentalistes dans le bassin, dont 2 stagiaires.

La journée est centrée sur la mise en place d’un « projet sciences » que nous souhaiterions construit un peu sur le modèle de notre projet littéraire de bassin  De la plume à l’oreille. Ce projet est encore en construction et nécessite d’être défini plus précisément notamment pour les productions attendues des élèves.

Matinée

  • Présentation de notre « projet sciences » aux nouveaux professeurs documentalistes ayant rejoint notre du bassin.

  • Intervention de Marie Valet, professeur documentaliste au collège Marie Mauron de Fayence. Marie Valet nous propose une formation sur les outils et les techniques pour tourner un film dans le cadre du « projet sciences ».

Mise en activité par groupe de trois et équipés d’une caméra, pour tourner un petit film. À partir de ces exemples, Marie Valet analyse les différentes façons de filmer, les erreurs les plus fréquemment commises.

La formation aborde :
les outils (les différents modèles de caméra et leurs fonctionnements) ;
les techniques (les plans, points de vue, cadrage, etc.) ;
la composition d’un reportage (temps, alternance des plans, montage) ;
l’analyse d’exemples de reportages.

Après -midi

  • Tour de table concernant le projet sciences portant sur différentes questions : Quelle production ? Quel sujet ?

Il est proposé de laisser une grande liberté de choix en ce qui concerne la production et le sujet.
Choix d’une exposition virtuelle présentée sur un blog pour regrouper et présenter les différentes réalisations.
Décision de poursuivre la formation entamée par le montage des films lors de la 3e journée de bassin.

  1. Présentation de la journée professionnelle de la FADBEN, le mercredi 29 janvier 2014, où interviendra Nicolas Pelissier sur le thème de la transformation de l’information par les médias sociaux.

  2. Compte -rendu de la réunion des coordinateurs avec les inspecteurs et discussion sur les points évoqués :

Les résultats aux examens ;
les priorités de la loi sur la refondation de l’école ;
le bilan du projet académique ;
la liaison lycée/supérieur ;
le bilan des TRAAM ;
l’histoire des arts.

  • Décision de travailler, pour la 2e réunion, sur le parcours d’information et d’orientation ainsi que sur les partenariats documentation/vie scolaire.

Compte-rendu 2e réunion de bassin Fréjus / Saint-Raphaël

Écrit par Super User
Catégorie : Deuxièmes réunions des bassins : les comptes-rendus
Publication : 4 avril 2014
Affichages : 304

Lieu : Collège Moulin Blanc à Saint -Tropez

Nombre de présents = 16 / Excusés = 5

1. Échanges de pratiques :

Suite à une réflexion menée l’année dernière sur les attentes des collègues face à nos réunions de bassin tri -annuelles, un recentrage sur l’axe “Échange de pratiques” avait été formulé. C’est la raison pour laquelle nous avions décidé d’intégrer systématiquement à nos réunions des interventions de professeurs documentalistes présents, autour d’actions menées dans les CDI ou d’outils utilisés, sur la base du volontariat.

Deux interventions se sont succédées, axées d’une part sur le partenariat professeur documentaliste/ CPE et d’autre part sur les projets CDI autour de l’orientation.

1.1 Partenariat Professeur documentaliste/CPE :

L’intervention s’est déroulé en co -animation entre la collègue professeur documentaliste et le CPE exerçant dans son établissement. Présentation des actions communes mises en place au sein du collège, volonté de travailler ensemble dans l’intérêt commun des élèves. Importance de la complémentarité du professeur documentaliste, maîtrisant la pédagogie et du CPE, axé essentiellement sur la sphère éducative (« CPE et documentaliste ont des compétences différentes pour des projets communs »).

Formation des élèves délégués :

Intervention du CPE et du professeur documentaliste avec les classes de 4e, 3e sur 2 heures. A partir d’un diaporama, définition et articulation des droits et devoirs des délégués, présentation des instances représentatives. Formation volontairement “ludique” (jeux de rôles, de mots, de vocabulaire).
Formation à l’orientation :
Formation « Les métiers de mon collège » : en 5e , intervention en demi -groupe sur 2 heures. Objectif : Deviner l’organigramme du collège pour connaître les usages des différents espaces du collège et les rôles de chacun. Démarche active d’interview de membres du collège.
Action citoyenne « Les restos du cœur » :
Action collective pour aider l’antenne locale des Restos du Cœur : collecte, rangement, tri des denrées. La documentaliste s’occupe de la campagne d’affichage.

1.2 Professeur documentaliste et formation à l’orientation :

Présentation d’une progression collège “Orientation” menée par une collègue de Fréjus.
– 5e : formation “Quels métiers ? Quels domaines ?”. 2 heures, découverte des différents secteurs du kiosque Onisep.
Fiche élève : consigne de classement par catégories 10 métiers à partir d’un métier tiré au sort, puis classement “physique” face au Kiosque ONISEP, et réalisation d’une fiche métier (recherche et collecte d’informations). Activité orale autour des métiers : création d’un diaporama et présentation orale.
– 4e : A partir de différents métiers, découverte des niveaux d’étude. Construction d’un schéma d’études après la 3e.
– 3e : découverte des filières à partir du site Onisep.fr.

Cet exemple de progression collège autour de l’orientation a été suivie d’une présentation rapide des différences entre le Webclasseur et la nouvelle application FOLIOS proposée par la DAAC et l’ONISEP, en expérimentation au collège de Sainte -Maxime, regroupant l’Histoire de l’Art et les parcours culturels ainsi que l’orientation).

2. Projet de bassin scientifique :

Travail de réflexion sur le projet sciences actuellement en cours d’élaboration :
– Choix du niveau : 5e, 4e , Lycée 2nde .
– Productions élèves : libres (exposés, vidéos, diaporamas, maquettes) ou plus cadrées ?
– Thème : seul l’optique permet d’élaborer un projet pluridisciplinaire. L’intitulé pourrait être : « Quand l’optique fait illusion » (lumière, couleurs, illusions).

Plaquette d’information à créer pour la prochaine réunion de bassin.Eventuel partenariat avec Futura sciences, installée sur Fréjus.

3. Projet “Lecture et écriture en Europe : quel devenir ?”

Présentation par Christine DENEL, nouvellement Chargée De Mission “Livre”, d’un Projet européen ERASMUS +, actuellement en cours de rédaction, proposé sur le territoire de Fréjus -Saint -Raphaël : “Lecture et écriture en Europe : quel devenir ?”.
Le porteur du projet est la Mairie de Saint -Raphaël, et le maître d’œuvre est l’association “LES AILES DU VENT” et son président, Bernard VANMALLE.

Actuellement, plusieurs propositions d’actions se formulent sur la Médiathèque de Saint -Raphaël, notamment un projet d’expérimentation commune autour de la comparaison des pratiques de lecture numérique/ pratiques de lecture papier, qui serait menée à la fois en médiathèque et en établissement scolaire. L’objectif de jumelages et de déplacement d’élèves dans les pays partenaires du projet européen est évidemment au centre de la démarche.
Le projet étant actuellement au stade de la réflexion entre les différents acteurs, il est nécessaire d’attendre la rédaction finale pour proposer des actions concrètes en terme de jumelages d’établissements France/étranger.

4. Présentation de Moodle :

Suite aux formations réalisées dans plusieurs établissements du bassin, synthèse commune de la plateforme Moodle et des ses atouts.
Plateforme collaborative où les élèves s’identifient comme sur le réseau, permettant de mettre en ligne des cours. Liens direct sur Internet, permet d’insérer par exemple des extraits de vidéos, de s’enregistrer pour le cours de langues et de l’envoyer au professeur, de déposer des devoirs. On peut également créer des tests, des QCM en temps limité. Création possible de parcours personnalisés pour les élèves et suivi individualisé.

Compte-rendu de la réunion du bassin de Fréjus – Saint-Raphaël

Écrit par Julien Sénégas
Catégorie : 2014-2015
Publication : 3 avril 2015
Affichages : 365

La réunion commence par un tour de table afin de présenter les nouveaux venus dans le bassin.

L’ordre du jour est ensuite présenté :

  • Compte rendu de la réunion avec les inspecteurs ;

  • Présentation de la bibliothèque numérique LiLi (projet académique TraAM) ;

  • Présentation des séances initiation 6e ;

  • Présentation de la mise en place des AP en collège ;

  • Questionnement sur la participation des professeurs documentalistes dans l’HDA ;

  • Présentation de l’EMI ;

  • Compte rendu du stage « lecture à voix haute » proposé par Christine Denel en collaboration avec la médiathèque de Saint Raphaël ;

  • Présentation des coups de cœur.

Réunion avec les inspecteurs
En accord avec la lettre de prérentrée, il a été rappelé qu’un travail en collaboration avec le CPE était nécessaire.
La réunion a suivie avec l’intervention de 4 acteurs de l’Education Nationale : le SCIO, CANOPE, la DARIC, et l’équipe académique de sécurité.

  • M. Marco Attal du SAIO (Service Académique d’Information et d’Orientation), délégué régional ONISEP de l’académie de Nice.

Le PDMF est remplacé par le dispositif PIODMEP qui a pour particularité de commencer dès la 6e. Le conseil supérieur des programmes propose un quota horaire obligatoire, pour tous les élèves, inscrit dans leur emploi du temps. L’idée est de permettre à l’élève d’avoir une cohérence dans son parcours et sa réflexion sur son orientation. Les objectifs ne changent pas par rapport au PDMF :

  • Découverte des métiers ;

  • Découverte des formations ;

  • Travail sur soi même.

Cette réflexion et ces parcours peuvent s’appuyer sur des outils numériques tels que le webclasseur ou folios (ce dernier servant à la fois à l’orientation et au parcours culturel).
Le groupe soulève les problèmes liés à l’application de ce dispositif : sur quels heures, qui fait quoi et comment cela est rémunéré ?
Il est possible de demander un stage établissement pour la formation au webclasseur.
Présentation de la nouvelle version du site de l’ONISEP.

  • Mme Corinne Christophe de CANOPE évoque le changement de marque et présente les nouvelles collections qui se concentrent sur trois titres (éclaircir, maîtriser, agir). Présentation du nouveau site reseau -canope.fr. Le site de Nice va être refondu pour adopter la nouvelle charte graphique. Il y aura un site Web pour Toulon également. Les intervenants CANOPE peuvent se déplacer dans les établissements ou lors de réunions de bassin pour présenter les ressources CANOPE et accompagner leurs utilisations.

  • DARIC : il est rappelé la nécessité d’avoir un référent DARIC dans chaque établissement. Présentation du site et des nouveaux dispositifs. Comenius, Leonardo, changent de nom pour devenir Erasmus +. Comenius devient Erasmus + / partenariats. Comenius Formation et Leonardo deviennent Erasmus + / mobilité.

  • EMS : l’équipe mobile de sécurité est là pour accompagner les établissements dans les situations de conflits telles que le harcèlement, les conduites addictives, les usages d’internet, les problèmes liés aux réseaux sociaux.

LiLi
Le projet consiste à constituer une bibliothèque numérique dans l’académie, à partir des œuvres libres de droit tombées dans le domaine publique. Un partenariat a été créé avec Ebooksgratuits.com. Les responsables du projet recherche des personnes pour les rejoindre dans le dispositif afin d’étendre l’offre de livres numériques disponibles (réaliser des notices) et d’améliorer l’ergonomie de la bibliothèque. Ils souhaitent créer des « correspondants LiLi », où un membre par bassin fera partie du groupe de pilotage académique et coordonnera le travail dans son bassin.

Présentation des séances initiation 6e
Une professeure documentaliste présente ces séances faites en 6e. Ces séances se déroulent sur toute l’année scolaire. Ces heures sont inscrites dans l’emploi du temps des élèves et cette année certaines heures sont prises sur l’AP.
Un professeur documentaliste fonctionne de la même façon. Cependant pour certaines classes, un projet a pu être monté avec le professeur d’Histoire géographie afin de donner du contenu disciplinaire aux séances d’initiation.
Une professeure documentaliste présente une nouvelle revue professionnelle Prof et Doc à l’ensemble du groupe. Cette revue a pour intérêt de proposer une exposition et des séances pédagogiques. Cependant elle est moins complète qu’Intercdi en ce qui concerne la réflexion sur le métier. Son prix est par ailleurs très élevé.

HDA
Tour de table sur l’implication des professeurs documentalistes dans le dispositif HDA :
Généralement, le professeur documentaliste intervient dans trois domaines :
Enrichissement du fonds documentaire, travail sur les listes des œuvres et participation au jury.

Stage « littérature, oralisation et mise en voix »
Ce stage a été proposé par Christine Denel et la médiathèque de Saint Raphaël dans le cadre des stages culture à portée de main. 18 stagiaires présents. Le projet de bassin La Plume à l’Oreille est à l’origine de ce stage. Le bilan est très positif.

Présentation de l’Education aux Médias et à l’Information
L’Unesco présente l’EMI comme une compétence fondamentale que doit avoir le citoyen. On la retrouve plus récemment dans le référentiel de compétence professionnelle des professeurs documentalistes : « maitriser les connaissances et les compétences propres à l’éducation aux médias et à l’information ».
Les trois piliers de l’EMI sont :

  • La culture informationnelle ;

  • La culture médiatique ;

  • La culture numérique.

Le clémi propose un référentiel pour la formation des élèves sur l’éducation aux médias.

La mise en place de l’AP en 6e
Magali Isnard présente l’organisation de l’AP dans son ancien établissement à Figanières. Tous les adultes de l’établissement sont susceptibles d’intervenir dans la cadre de l’AP. Les heures sont organisées en barrettes afin de permettre la création de groupe de besoin. Les objectifs de l’AP :

  • Favoriser l’autonomie et l’acquisition de méthode de travail (découverte du collège, méthodologie apprendre à apprendre)

  • Faire acquérir le palier 2

  • Accompagner le travail en 6e

  • Faire acquérir une culture générale

A chaque fin de période, réunion de concertation afin d’établir les groupes.
L’AP concerne l’ensemble des élèves et pas seulement les élèves en difficulté.

Lors de la journée, le groupe a également abordé la question des heures d’enseignement. Il est prévu que chaque heure d’enseignement (devant classe entière ? inscrit sur pronote ? ponctuelle ?) compte pour deux heures. Comment sera appliqué ce décret à l’intérieur des établissements ?

Nous avions planifié une réunion pour le 9 février au lycée Saint Exupéry.
La construction d’un parcours EMI en collège et en lycée et les usages numériques devaient être à l’ordre du jour.

Compte-rendu de la réunion de bassin Fréjus/Saint-Raphael 14 janvier 2016

Écrit par Véronique Grandjacques
Catégorie : Premières réunions des bassins : les comptes-rendus
Publication : 5 février 2016
Affichages : 538

Ordre du jour :
1. Battle littéraire dans le cadre du festival de Mouans -Sartoux
2. Compte -rendu sur la réforme du collège
3. Le rôle du professeur documentaliste dans la formation aux outils numériques
4. Insérer une notice LILI
5. Le référent culture
6. Progressions EMI
7. Formation proposée par l’association des professeurs documentalistes
8. Mise en place de la prochaine réunion de bassin
9. Atelier Booktrailer

1) Battle littéraire dans le cadre du festival de Mouans -Sartoux
Les responsables du festival veulent mettre en place une « battle » littéraire ; il s’agit de trouver pour chaque établissement participant un groupe d’élèves volontaires, un professeur de discipline ainsi que le professeur documentaliste ; ce dernier jouant le rôle de coordonnateur. De ce groupe d’élève seront envoyés à la « battle » 1 ou 2 élèves représentants qui auront pour mission à travers un booktrailer, une vidéo, une danse ou tout autre création développée par le groupe de défendre un livre. Le choix du livre est libre. Il y aura au moins 2 catégories (collège/lycée).
Préinscription : en mars
Inscription définitive : en mai

2) Compte -rendu sur la réunion de préparation à la réforme du collège
Au cours de la réunion avec l’inspection, Mme Octave a confirmé le maintien de la formation PAF ainsi celui des 3 réunions de bassin.
La priorité, en 2015 -2016, pour les inspecteurs sera la mise en place de la réforme précédée du déploiement de la formation auprès des enseignants. De ce fait, peu de temps sera alloué aux inspections.
Mme Christophe présente l’offre de services du réseau Canope : intervention en réunion de bassin, ateliers itinérants à l’attention des enseignants, co -design, classe mobile de tablettes, marathon -presse…
Présentation des priorités 2015 2016 et retour sur la réforme du collège. Les grands chantiers du Ministère centrés autour de trois axes : une école exigeante, une école plus juste, une école au cœur de la République.

La réforme du collège

Réforme du Collège avec le nouveau collège pour la rentrée 2016 qui s’accompagne d’un nouveau socle et de nouveaux programmes. Un nouveau DNB pour 2017. Les nouveaux horaires qui ne doivent pas dépasser 26h par semaine. Des enseignements obligatoires avec les enseignements communs (disciplinaires) et l’AP et Les EPI (enseignement complémentaires). Les EPI doivent être intégrés aux disciplines.

La discussion s’engage sur les nouveaux horaires et la difficulté pour le professeur documentaliste de mettre en œuvre sa mission d’enseignement. Les EPI étant disciplinaires, le professeur documentaliste ne pourra pas constituer un binôme mais ne pourra venir qu’en appui de deux autres enseignants disciplinaires. Quelque soit le niveau, un élève aura 26 heures de cours par semaine dont 6 heures maximum par jour. L’EMI qui fait partie des programmes devra entrer dans les 26 heures. La possibilité d’inscrire des heures d’EMI dans l’emploi du temps des élèves de 6e ne semble plus possible.
L’oral d’histoire des Arts en 3ème sera remplacé par un oral sur au choix un EPI ou un des 4 parcours.

3) Le rôle du professeur documentaliste dans la formation aux outils numériques
Un des aspects de la réforme du collège se trouve être le développement du numérique éducatif. A cette fin, il sera proposé aux enseignants des formations sur les différents outils numériques. Les intervenants seront les RUPN de l’établissement et le professeur documentaliste (pour présenter notamment Esidoc, Folios, Edutèque, Moodle, les outils de carte mentale). Il est conseillé de réaliser ces formations sous -forme d’atelier.
Pour se préparer, un parcours sur la réforme ainsi que sur les outils numériques est disponible sur Magistère; les inscriptions sont ouvertes.

4) Insérer une notice Lili
Démonstration de l’insertion d’une notice dans la bibliothèque LiLi (voir le tutoriel développé par Jean -Marie Frizolle sur doc@zur).

5) Le référent culture
Le rôle du référent culture est établit dans la circulaire du 3 juin 2015.
Une fois nommé le référent culture s’engage auprès de son chef d’établissement à réaliser des missions telles que :
o Participation à la conception du volet culturel du projet d’établissement
o Informer la communauté éducative sur les événements culturels de proximité ;
o Valoriser sur le site Internet de l’établissement les actions pédagogiques dans le champ culturel
o Mise en place de projets autour de la culture ; ex : réalisation d’un livret parcours culturel, sorties artistiques et culturelles.
Pour plus d’information se référer au dossier distribué au cours de la réunion.

6) Progression EMI :
Les exemples de progression EMI donnés au cours de la réunion s’inscrivent dans 3 cadres différents :
1er exemple de progression autour de la réalisation d’un journal télévisé. Ce projet sur l’année est en cours de réalisation avec une classe de 4ème en partenariat avec un enseignant d’histoire -géographie.

Séance 1 : économie des médias
Séance 2 : liberté de la presse
Séance 3 : étude d’un objet médiatique : le journal télévisé
Séance 4 : création du journal télévisé : création des groupes, identification des sujets abordés..
Séance 5 : création du storyboard
Séance 6, 7, 8 : tournage
Séance 9 : montage, visionnage

2ème exemple de progression EMI en partenariat avec les professeurs d’Histoire -géographie. Cela représente une à 3 séances par niveau :
Classe de 6ème :
Séance 1 : découverte des médias
Séance 2 : composition des Unes
Classe de 5ème :
Séance 1 : les dangers d’Internet
Classe de 4ème :
Séance 1 : liberté de la presse
Séance 2 : les images de la presse
Séance 3 : le tiercé des unes
Classe de 3ème :
Séance 1 : la comparaison des JTs
Séance 2 : la construction d’une information
Séance 3 : la fiabilité des sondages

3ème exemple de progression pour les 6èmes avec des séances hebdomadaires sur toute l’année : voir le site Internet https://docabord.wordpress.com/

7) Formation proposée par l’association des professeurs documentalistes
Formation : De la culture de l’information à l’EMI : quels nouveaux contenus à enseigner ? Elle aura lieu le 29 janvier 2016 de 14h à 17h à l’université de Toulon, UFR ingemedia. L’intervenant sera Divina Frau -Meigs.

8) La prochaine réunion de bassin :
La date retenue est le mardi 29 mars 2016. Elle se tiendra au lycée du Golfe à Gassin. En vue de cette journée, chaque participant :
o aura mis en partage via Lili une notice/livre numérique via Lili
o présentera l’EPI auquel il/elle compte participer l’année prochaine
Au cours de cette réunion se tiendra également une réflexion sur les séances d’EMC ainsi que sur le projet de la DAAC concernant le livre et la science.

8) Réalisation d’une bande annonce littéraire
Dominic Di Rosa, du CANOPE présente des outils pour réaliser un booktrailer, une bande annonce pour promouvoir un livre. Le booktrailer reprend les codes de la bande annonce du cinéma.

Réalisation d’une bande annonce à partir de 2 applications différentes :
o Imovie disponible sur MAC (téléchargeable sur iphone et tablette – coût 5euros)
o Movie Maker disponible sur Windows (logiciel gratuit), tout comme Powtoon.
Un didacticiel sur le montage à partir de movie maker est disponible sur le site de Canopé Nice.

Compte rendu 2e réunion de bassin Fréjus Saint-Raphaël

Écrit par Julien Sénégas
Catégorie : Deuxièmes réunions des bassins : les comptes-rendus
Publication : 3 mai 2016
Affichages : 410

Ordre du jour

Les EPI : Enseignements Pratiques Interdisciplinaires
Le décret du 20 août 2014
Brainstorming sur les attentes des réunions de bassin

Conférence de Divina Frau -Meigs

Présentation du logiciel CDIStat

Réflexion sur le plan d’un nouveau CDI

La mise en place des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI)

Tour de table sur la mise en place des EPI dans les collèges du bassin.
De nombreux points sont abordés :

  • Les réunions :

Beaucoup de collèges ont fait des réunions au 1er trimestre pour commencer à mettre en place les grands axes de ces enseignements.
De nombreuses réunions sont aussi prévues, en fin d’année, pour finaliser la mise en place des EPI.
Un collège n’a pas encore fait de réunions et part sur la base de projets existants.

  • Le nombre et le choix des thématiques :

Certains établissements ont fait le choix de 6 EPI (2 dans chaque niveau), d’autres de 8 (3 en 5e et 4e, 2 en 3e).

Une fois les thématiques déterminées par niveau, les projets choisis autour de ces thèmes sont :
– soient les mêmes pour tous les enseignants
– soient il existe autant de projets que de volontaires pour les créer.
Dans un établissement, c’est le principal adjoint qui a imposé les thématiques et les sujets de travail lors d’une journée EPI.
Quelques exemples de thèmes proposés : le bruit / la réalisation d’un journal TV / la réalisation d’une émission de radio / le dessin de presse / la création d’un guide d’orientation / HDA / latin (moyen de le maintenir dans beaucoup d’établissements) / De la lettre au blog à partir de Lettres de Poilus / Construire une éolienne.

  • Les heures :

Des collèges ont choisi 3h d’EPI et 1h d’AP, d’autres 2h d’EPI et 2h d’AP.
Difficultés pour voir l’organisation du volume horaire de chaque EPI sachant que par exemple 2h d’EPI par semaine égale 72h à l’année. La répartition pour chaque EPI n’est pas évidente.

Difficultés de la mise en place des emplois du temps.
Deux questions sont au coeur de la réflexion dans tous les établissements : Un temps de concertation est -il prévu afin de préparer tous ces projets ? Si oui, sera -t -il rémunéré ? (IMP ?)
Apparemment, un temps de concertation organisée et rémunérée n’est prévu dans aucun collège.

  • Les enseignants de discipline :

Tous les établissements n’ont pas la même politique concernant le nombre d’enseignants participant à un projet EPI. D’un côté, c’est automatiquement deux enseignants et de l’autre, il n’ y a pas de limite imposée.
Les disciplines, qui ont peu d’heures par classe, ont peur de s’engager dans trop de projets ou d’être trop sollicité et de devenir des professeurs EPI.
Exemple d’un collège où beaucoup de professeurs sont mécontents car la DGH baisse et les dédoublements disparaissent. Ils ont donc du mal à s’engager dans des EPI sachant qu’ils doivent être intégrés aux heures de cours.
Un travail en interdisciplinarité est demandé aux professeurs de discipline mais ils n’ont jamais reçu de formation à ce sujet, à la différence des professeurs documentalistes.

  • Le professeur documentaliste et les EPI :

Dans certains collèges, des réunions ont eu lieu sans que le professeur documentaliste soit invité. Il n’est pas professeur de discipline (tel qu’il est demandé dans les EPI) mais il a entièrement sa place dans ces enseignements.
Des professeurs documentalistes sont inquiets quant au rôle qui va leur être attribué car certains se sont entendus dire que le CDI pourra servir de permanence pour accueillir des groupes pendant certaines de ces heures ou que le professeur documentaliste pourra venir en soutien à des projets mais sans implication directe.
Il existe une forte volonté des professeurs documentalistes de participer aux EPI mais ils regrettent de n’apparaître qu’en filigrane dans les textes.
Ils souhaitent avoir leur place dans les textes et non devoir démarcher ou s’imposer pour participer aux EPI.
Ils souhaitent apparaître en tant que professeur documentaliste avec la mise en avant de leurs compétences informationnelles et de leur méthodologie propre.
Les professeurs documentalistes sont des « enseignants et maîtres d’œuvre de l’acquisition par tous les élèves d’une culture de l’information et des médias” et doivent notamment maîtriser des “connaissances et les compétences propres à l’éducation aux médias et à l’information”. » (Source : Référentiel de compétences des métiers du professorat et de l’éducation – BO du 25 juillet 2013)

Ce tour de table concernant les EPI montre les difficultés de leur mise en place et que chaque établissement ne l’aborde pas de la même façon.

Les professeurs documentalistes souhaitent participer activement aux EPI et ne pas avoir seulement un rôle de collaborateur. Ils sont les seuls à avoir une formation en Information Documentaire et en EMI. Cette formation leur permet d’être au coeur de tous les enseignements et d’apporter leur expertise sur la société de l’information dans laquelle nous vivons. Il est primordial de valoriser leur enseignement afin de faire acquérir toutes les compétences nécessaires à nos élèves, utilisateurs d’aujourd’hui et acteurs de demain.

-Point et échanges sur le décret du 20 août 2014.

Conférence Divina Frau -Meigs

Point sur la conférence de Divina Frau -Meigs du vendredi 19 janvier sur le thème « De la culture de l’information à l’EMI : quels nouveaux contenus à enseigner ? ».
Divina Frau -Meigs, référente UNESCO, a une vision internationale de l’évolution de l’EMI et de notre métier.
Elle comprend bien la place et le rôle du professeur documentaliste.
A découvrir sur http://www.divina -frau -meigs.fr/

Information dans le cadre du projet Erasmus +

Journée de conférences -débats sur le thème « Lecture et écriture numériques : où en est -on vraiment ? », le mercredi 27 avril de 10h à 17h au Centre Culturel de Saint -Raphaël.
Cette journée est organisée dans le cadre du projet Erasmus+ « Des écrits aux Ecrans : quel avenir pour la Lecture et l’Ecriture en Europe dans un contexte numérique ? ».

Brainstorming sur les attentes des réunions de bassin

Echanges de pratiques et de contenu.
Intervenants gratuits
– extérieurs : DAAC, ARL (Agence Régionale du Livre)
– intérieurs : professeurs documentalistes du bassin.
Présentation d’outils numériques : Learning Apps (Fanny), Babelio (Stéphanie).
Exploitation du bulletin de veille d’Audrey Cali.
Compte -rendu de stages PAF : exemple stage presse (Hadda).
Présentation de coups de cœur : fictions, documentaires, périodiques, sites internet, associations, intervenants (ex : Commando poétique).
Echange de séances pédagogiques.
Réunions de bassin sous forme de sorties pédagogiques :
– Une journée : Festival du livre d’Aubagne (novembre), MUCEM à Marseille
– Plusieurs jours, au frais des professeurs, 8 personnes intéressées : Salon du livre de
Montreuil (décembre) ou Festival de la BD d’Angoulême (janvier).
Monter un atelier culturel autour du slam, 3 propositions :
– Faire appel à une intervenante K -Roll (intervention payante 180 € : 3h d’atelier et 2h de
tournoi + 39 € de trajet)
– un stage Culture à portée de main (16 personnes au moins sont intéressées)
– un projet DAAC au sein du bassin.

Présentation du logiciel CdiStat

CdiStat est un logiciel gratuit qui permet de :

– Gérer l’inscription des élèves au CDI.
– Construire automatiquement un ensemble de données statistiques exploitables instantanément en quelques clics allant de la fréquentation journalière jusqu’à annuelle… selon des critères de niveaux, d’horaires, d’activités ».
(Source :https://www.reseau -canope.fr/savoirscdi/societe -de -linformation/tic -et -documentation/boite -a -outils/des -outils -pour -le -cdi/cdistat -est -un -outil -au -service -du -professeur -documentaliste -et -de -leleve.html )

Information sur l’envoi de spécimens de manuels scolaires

Un courrier a été envoyé par le Syndicat national de l’édition à tous les collèges concernant :
l’envoi massif de spécimens entre début mai et fin juin. Ces spécimens sont en conformité avec les nouveaux programmes des quatre niveaux.Une logistique exceptionnelle doit être mis en place car il est prévu qu’en moyenne chaque établissement reçoive 400 spécimens, soit en moyenne une cinquantaine de cartons.
pour la rentrée 2016, une dotation de 54,30 € par élève sera donné, cela correspond à 3 ou 4 manuels.

Groupes de réflexion sur les plans du CDI du futur collège de l’Estérel après sa reconstruction

Lors d’une restructuration de CDI dans un établissement scolaire, il est nécéssaire de faire appel aux compétences et à l’expérience du professeur documentaliste.

Un exercice a été proposé.
Par petits groupes, les enseignants ont réfléchi à la meilleure configuration possible du CDI en partant du plan proposé par l’architecte.
Chaque groupe a ensuite présenté sa réflexion pour permettre, au mieux, au professeur documentaliste d’exercer son travail dans ce lieu.

Prochaine réunion de bassin : lundi 23 mai 2016 au collège André Léotard

Troisième réunion du bassin Fréjus Saint-Raphaël

Écrit par Julien Sénégas
Catégorie : Troisièmes réunions des bassins : les comptes-rendus
Publication : 13 juin 2014
Affichages : 270

Collège Marie Mauron à Fayence. Lundi 26/05/2014

Présents : 11
Excusés : 10

ORDRE DU JOUR

– Initiation au montage vidéo
– Exercice pratique : réalisation en groupe d’un petit film
– Projet Sciences
– Questions diverses

1) Initiation au montage vidéo

La première partie de la journée est consacrée à la présentation de quelques règles et principes à respecter avant de se lancer dans la réalisation d’un montage vidéo.
Notre collègue, Mme Valet, par ailleurs formatrice dans ce domaine, se charge de ce rappel à l’aide d’un diaporama (cette ressource pourra être mise à disposition des membres du bassin, sur Formazur). Voici quelques exemples :
– Il est très important de choisir le genre du film réalisé : fiction ou documentaire.
– Il faut également cibler son public, et savoir avec précision à qui le film s’adresse (élèves, adultes, les deux ?).
– Le film doit être rythmé : cet effet est obtenu par la succession de plans de valeurs différentes.
– La voix off : elle est le fil conducteur du reportage ou du récit.
– Une vidéo est toujours composée d’un fichier « son » et d’un fichier « image ». Il est préférable de toujours commencer le montage par la piste audio, afin d’adapter les images au rythme de la musique ou des paroles. Il est nécessaire d’utiliser de la musique libre de droit.

2) Réalisation d’un film avec le logiciel Adobe Premiere Elements

Voici quelques principes sur le fonctionnement des logiciels de montage vidéo :
– On crée d’abord un nouveau projet, qui ne peut être lu qu’avec le logiciel de montage utilisé. Lorsqu’il est terminé, il est exporté dans un format de fichier adapté à sa diffusion.
– On importe ensuite des données dans le logiciel (fichiers audios et vidéos) qui apparaissent dans un « chutier ».
NB : – On peut acheter le logiciel Adobe Premiere Element sur certains sites Internet qui proposent la création de comptes professionnels avec un règlement par mandat administratif.
– De nombreux sites Internet proposent des tutoriels ou des aides pour prendre en main la plupart des logiciels de montage vidéo (libres ou payants).

3) Projet Sciences

Le bassin doit se positionner sur la mise en place ou l’abandon du Projet Sciences. Après plusieurs réunions de travail, des obstacles quant à sa réalisation n’ont pu être surmontés :
– la difficulté d’associer les lycées et les collège dans une action commune.
– Au sein des établissements, la difficulté à fédérer les équipes et à pérenniser les actions.
C’est pourquoi ce projet est pour le moment ajourné.

4) Questions diverses

* Docazur
Il est important d’alimenter régulièrement le site Internet, notamment avec des séances pédagogiques.
* De la plume à l’oreille
Pour des renseignements concernant la participation d’un établissement, il faut prendre contact avec Mme Vanbelle Filippine, responsable du secteur Jeunesse à la Médiathèque de Fréjus (Villa Marie).
Devant le constat de l’essoufflement du projet, les participants sont en train de réfléchir à faire évoluer ce dispositif. Nous pourrons également participer à cette réflexion au sein du bassin.
* Besoins pour l’année prochaine
– Travailler sur l’organisation de l’Histoire des Arts. Il sera nécessaire de faire des groupes en fonction des établissements (collèges / lycées).
– Mise en place de l’Accompagnement Personnalisé.
– Proposition de formation sur la bande -dessinée.
– Prendre contact avec le CLEMI pour poursuivre la formation aux médias. Réflexion sur le référentiel de compétences de l’EMI.

Rédaction : Magali Isnard, collège André Cabasse, Roquebrune

En pièce jointe : diaporama réalisé par Mme Marie Valet

Compte-rendu de la 3ème réunion de bassin Fréjus/Saint-Raphael 23 mai 2016

Écrit par Véronique Grandjacques
Catégorie : Troisièmes réunions des bassins : les comptes-rendus
Publication : 9 juin 2016
Affichages : 303

Intervention CLEMI
Présentation de Cap’Radio, webradio académique lancée à l’occasion de la Semaine de la Presse. Marie Valet informe qu’il est possible d’envoyer ses podcasts au Clémi de l’académie en utilisant un formulaire en ligne sur le site ac -nice. Par la suite, Marie mettra en ligne les documents d’accompagnement pour travailler autour d’une webradio.
Il est possible de demander un stage (stage établissement, stage de bassin) auprès du Clémi. Plusieurs thématiques sont possibles :

  •  webjournal

  •  webradio : maîtrise d’outil pour enregistrer, monter et diffuser (ex : audacity)

Cette formation est gratuite. Véronique Grandjacques propose qu’un stage sur une de ces thématiques face l’objet d’une journée l’année prochaine à l’occasion des réunions de bassin.

Compte rendu de stage «Information et citoyenneté »
Ce stage était inscrit au PAF. Il est animé par un professeur documentaliste et un professeur d’histoire géographie. Ce stage a pour objectif de montrer une action menée dans un établissement qui s’intitule « Engagez -vous ! De l’élève citoyen au citoyen journaliste ».
Il y a un double objectif :

  •  savoir s’informer

  •  savoir informer

Ce projet s’étale sur l’année. Il s’appuie sur plusieurs dispositifs : l’EMC, l’EMI, le parcours citoyen.
Ce projet insiste sur l’aspect réflexif à donner aux élèves. Il ne s’agit pas juste de les faire manipuler mais surtout de leur faire prendre conscience de l’importance de décrypter, d’analyser et de critiquer les sources d’information. Il s’agit aussi de les faire réfléchir à l’importance de s’engager en matière d’information journalistique et du rôle des médias dans la société.
Les différentes actions menées : journée de l’engagement (lancement du projet), intervention d’un photographe, visite d’exposition, intervention de journaliste (le RAVI, journal satirique marseillais), Semaine de de la Presse, participation au marathon Presse
D’autres actions sont possibles autour du sujet : travailler avec Cartooning for the peace, exposition de la BNF sur l’histoire de la presse, intervention de la cellule académique sur le thème de l’internet, intervention de l’association Horizon, intervention des journalistes de Bah Alors (journal local); association « Le Crayon » basée à Ramatuelle (intervention payante) qui propose des ateliers autour du dessin de presse.
Création : Dans le cadre de ce projet les élèves ont créé des affiches ou des publicités avec différents logiciels d’infographie (ex : easel -li)

Ressource : La revue dessinée lance La revue Topo pour les ados.

Babélio
Objectif : travailler avec un réseau social autour de la lecture plaisir.
Le défi Babélio a été créé par des professeurs documentalistes. Il consiste à faire lire à une classe une sélection de 40 livres. Par la suite les élèves travaillent autour de quiz, créent des critiques littéraires, commentent les critiques, peuvent créer des booktrailers, échanger avec les auteurs via Twitter.
Le défi Babélio concerne les élèves à partir de la 4ème. Depuis l’année dernière, il existe Babélio junior. 30 livres sont sélectionnés. Les genres sont plus variés (plus de BD) et il concerne le cycle 3 et les 5ème.

Compte rendu des conférences « Des écrits à l’écran »
Cette conférence est l’aboutissement de deux enquêtes menées par la médiathèque de Saint Raphaël et le lycée Saint -Exupéry. L’objectif de la médiathèque était de travailler sur l’évolution des pratiques de lectures pour améliorer la gestion entre le fonds papier et les ressources numériques. L’objectif pour le lycée était d’évaluer les pratiques de lectures des lycéens. On s’attachera surtout à étudier les résultats du lycée.
Résultats de l’enquête : 90 % des élèves voient le CDI comme un lieu de travail, 44 % des élèves préfèrent utiliser des livres imprimés, 86 % des élèves pensent que le CDI propose des services fiables, 50 % des élèves voient le CDI comme un lieu de formation au numérique
Conclusion de l’enquête de la médiathèque : le papier demeure mais les outils numériques devront aussi être présents.
Le sociologue Jean -Luc Velay présente les résultats d’une expérimentation réalisée auprès des lycéens sur les changements cérébraux et cognitifs éventuellement induits par la lecture numérique. Sur les échantillons étudiés, la notion de temps de lecture, de repérage des informations et la compréhension est sensiblement la même entre la lecture papier et la lecture sur liseuse. Alors que pour les adultes, la différence est plus marquée, au profit du papier.

EPI
Depuis la dernière réunion, il n’y a pas eu de temps consacré dans les établissements pour la mise en place des EPI. Seul Alphonse Karr a choisi les thématiques abordées par niveau : 5ème (LCA et Corps Santé Sécurité), 4ème (LCE, Sciences techniques et Société), 3ème (Monde économique, Culture et création)

Bibliothèque Lili
Réalisation d’une notice pour la bibliothèque LiLi en suivant les étapes dans l’interface SPIP de doc@zur puis dans BCDI, jusqu’à l’exportation de la notice.

Présentation Learning App
Présentation d’un outil en ligne permettant de créer des exercices plus ou moins ludiques.
3 niveaux d’utilisation :

  • On peut utiliser les exercices déjà existants

  • On peut créer des exercices en ligne, les laisser dans son espace privé et en enregistrant la page, faire faire l’exercice aux élèves.

On peut créer des exercices en lignes, les rendre public. Cette manipulation permet de récupérer la balise<> de l’exercice pour l’insérer dans esidoc.

Coups de cœur

  • Un détective au musée

  • Des séries fantastiques : Oniria ou Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

  • Video Games : l’aventure du jeu vidéo

  • Street Art

  • Collection Pas de Panique, c’est la vie ! Chez Osker Editeur : Des romans qui traitent de La dépression chez les ados, la schizophrénie, la bipolarité….Réflexion pour savoir comment présenter ces livres aux élèves

  • Les chroniques Lunaires –Détournement de contes traditionnels.

  • Mangas comme Freak Squeele Certains mangas sont de qualité mais comprennent des personnages nus ou des scènes à évocation sexuelle. Ceci pose le problème de leur acquisition en collège.

Compte-rendu de la réunion de bassin Fréjus-Saint-Raphaël 8 décembre 2016

Écrit par Véronique Grandjacques
Catégorie : Premières réunions des bassins : les comptes-rendus
Publication : 23 mars 2017
Affichages : 621

Réunion des documentalistes du bassin Fréjus/Saint-Raphaël 
au collège de l’Estérel à Saint-Raphaël

Coordonnateurs : Julien Sénégas et Véronique Grandjacques
Secrétaire : Magali Isnard

 

Ordre du jour :

 

I. Comptes-rendus des réunions entre nos inspecteurs et nos coordonnateurs
II. Retour sur les inspections de nos collègues depuis la rentrée 2016
III. Bilan EPI
IV. Demi-journée professionnelle
V. Point Expositions
VI. Projet nouvelle circulaire de mission


I. Comptes-rendus des réunions entre nos inspecteurs et nos coordonnateurs

Juin :
– Bilan sur les TRAAM par M. Mouren. Recensement de tous les projets innovants dans le domaine de la lecture sur supports numériques.
Septembre :
– Réunion recentrée autour de la priorité de cette rentrée, la sécurité, et le risque terroriste. Tous les établissements sont concernés. Intervention de M. Jean-Marie Bernard, responsable de l’équipe académique de sécurité et référent harcèlement.
– Les établissements doivent mettre en œuvre leur Plan Particulier de Mise en Sécurité en organisant 3 exercices. Chacun désigne un référent sécurité.
– La formation PSC1 est généralisée (tous les élèves de 3° cette année).
– Radicalisation : les cas sont signalés par les chefs d’établissement ; des ressources sur le web : Guide interministériel contre la radicalisation, Stop-djihadisme.gouv.fr


II. Retour sur les inspections de nos collègues depuis la rentrée 2016

Plusieurs d’entre nous ont été inspectés par M. REBIERE, IA-IPR EVS.
1. Fanny : séance en 4° sur la liberté de la presse, dans le cadre de l’EMI.
2. Magali : séance en 6°. Recherche documentaire sur Internet en SVT.
3. Julien : séance en 5° sur le fonctionnement d’un moteur de recherche, dans le cadre d’un EPI.
4. Véronique : séance sur l’organisation d’un site web, Médiapart.
Remarques générales :
– M. REBIERE insiste sur l’importante d’une évaluation bienveillante de l’élève, et souhaite que les compétences travaillées lors d’une séance soient notées sur son document de travail.
– Thèmes de réflexion : le numérique au CDI (place des liseuses et des tablettes), le rôle du documentaliste dans la réforme du collège.

 

III. Bilan EPI

Comparaison de la mise en œuvre du dispositif dans différents collèges :
1. Julien Sénégas, collège de l’Estérel à Saint-Raphaël
– Beaucoup d’EPI sont assurés par les disciplines scientifiques. C’est parfois une manière de récupérer des moyens ou des groupes supprimés précédemment.
– Intervention du documentaliste dans l’EPI 3° : Les visages de la guerre (Français, Histoire, Arts Plastiques et Documentation). Production finale : un blog (Web pédagogique).


2. Fanny, collège les Chênes à Fréjus
– A la rentrée, on recensait 30 EPI. Chaque équipe pédagogique a choisi son organisation et son thème.
– La documentaliste intervient dans l’EPI 4° : La femme au XVIIIème siècle (Histoire, Français, Documentation). Production finale : une exposition.


3. Autres exemples d’EPI : Le Vendée Globe en 5° (Français, Technologie) au collège André Léotard ; Devenir citoyen en 5° au collège Victor Hugo ; Citoyenneté et laïcité en 3° prépa-pro au Lycée Gallieni ; Regards numériques sur la Première guerre mondiale en 3° au collège Villeneuve.


4. Remarques générales
– De gros écarts entre les actions prévues en juin, et celles qui se mettent en place depuis la rentrée.
– Le rôle du documentaliste dans les EPI varie selon les établissements. Il peut concevoir et animer des séances, intervenir ponctuellement à la demande des équipes, ou acquérir des ressources spécifiques. Quelque soit son action, elle doit être mentionnée et expliquée.

 

IV. Demi-journée professionnelle

Une demi-journée professionnelle est organisée le vendredi 27/01/2017, de 13h30 à 16h30, à la bibliothèque Louis Nucéra à Nice. M. Leandri, concepteur de Qwant, interviendra sur le thème :
Moteur de recherche Qwant : une alternative française à Google ?. Puis aura lieu la présentation du catalogue Inathèque de l’INA.

 

 V. Point Expositions


– L’exposition 
Cartoonist for Peace est disponible au prêt à partir du 09/01/2017. Elle peut-être récupérée au collège les Chênes.
– L’exposition 
La laïcité en question de la BNF est aussi disponible au prêt. Pour cela, contacter Magali Lyan, référente Laïcité et professeur d’Histoire-Géographie aux Chênes.
– A signaler également les expositions mémorielles proposées par l’ONAC.

 

VI. Projet de circulaire de mission

 

Lecture et commentaire du projet de circulaire destiné à remplacer le texte du 13 mars 1986. Les missions attribuées au professeur documentaliste s’organisent autour de trois axes.
1. Acquisition d’une culture de l’information et des médias par tous les élèves
Le rôle pédagogique est mentionné dès le début, mais très peu détaillé. Un professeur documentaliste n’a pas les moyens d’assurer seul la formation de tous les élèves. Comment concrètement mettre en œuvre ces apprentissages ? Quelques dispositifs sont mentionnés : l’EMI, la Semaine de la presse.
2. Conception et mise en œuvre de la politique documentaire
Cet axe, le plus important, regroupe deux missions pré-existantes : la communication et la gestion.
3. Ouverture culturelle sur l’environnement de l’établissement.

 

La lecture amène une discussion sur le projet de circulaire de mission. La politique documentaire qui est le pivot de ce nouveau projet de circulaire ne reflète pas la réalité du terrain tel qu’elle est vécue par les professeurs documentalistes. Le rôle d’enseignant du professeur documentaliste n’apparaît pas assez clairement. Il est plutôt plus vu comme un contributeur que comme un professeur. Le programme en information-documentation n’est pas précisé.

 

 

Date et lieu de la prochaine réunion : lundi 13 mars 2017 au collège Victor Hugo à Gassin

Compte-rendu 2e réunion de bassin Fréjus/Saint-Raphaël

Écrit par Julien Sénégas
Catégorie : Deuxième réunion des bassins : les comptes-rendus
Publication : 5 mai 2017
Affichages : 486

Lieu : Collège Victor Hugo de GASSIN
Date : 13.03.2017
Coordonnateurs : Julien SÉNÉGAS et Véronique GRANDJACQUES
Secrétaire : Christine DENEL

Ordre du jour :
1. Projet de nouvelle Circulaire de mission
2. Compte-rendu de la Journée Professionnelle APDEN NICE de janvier 2017 : « Qwant : une alternative française à Google ? »
3. Programme ERAMUS+ « Neuroscol : le cerveau au cœur de la pédagogie » réunissant 3 établissements du bassin
4. Atelier « Théorie du complot »
5. Réflexion collective autour du CDI du collège de GASSIN.

 

1. Projet de nouvelle Circulaire de mission :

Discussion collective autour de cette 3ème version du projet, proposée fin janvier.
L’ensemble des professeurs documentalistes se réjouit :
– De la mise en valeur dans cette version de « l’axe pédagogique » par rapport aux précédentes versions, et de la mention « d’Information-Documentation » (« Ils forment tous les élèves à l’information documentation et contribuent à leur formation en matière d’éducation aux médias et à l’information »).
– Du terme « enseignant » apparaissant dans le titre de l’axe 1 (« 1- Le professeur documentaliste, enseignant et maître d’œuvre de l’acquisition par tous les élèves d’une culture de l’information et des médias »).
Ainsi est donc réaffirmée notre mission pédagogique comme « essentielle », conformément à la Circulaire de Mission originale.

2. Compte-rendu de la Journée Professionnelle du 27 janvier 2017 : « Qwant : une alternative française à Google ? »

Grand intérêt pour ce compte-rendu car certains professeurs documentalistes n’ont pas pu assister à cette 1ère Journée Professionnelle de l’année.
Elle a eu lieu le 27 janvier à la Bibliothèque NUCERA à NICE, sur le thème « Moteur de recherche Qwant : une alternative française à Google ? », en présence de Jean-Baptiste PIACENTINO, Directeur général adjoint de Qwant.

Ce moteur, développé à Nice, est l’un des rares moteurs à adopter un positionnement éthique, en refusant de collecter les données personnelles et donc de « profiler » ses utilisateurs.
Qwant a d’ailleurs été choisi par la Ministère de l’Education nationale pour développer « Qwant Junior », moteur de recherche pour enfants, sécurisé et adapté au système scolaire, sans publicité ni accès aux sites pornographiques et de e-commerce.
Une discussion très intéressante s’est déroulée entre l’intervenant et les 70 personnes présentes, autour de la question des monopoles informatiques, de la responsabilité « éducative » des enseignants face à ces monopoles, et des alternatives possibles.
M. PIACENTINO, très à l’écoute, a profité de cette rencontre avec un public d’enseignants pour recueillir des suggestions de développement du moteur de recherche en terme de pratiques pédagogiques.

– Sur le bassin de Fréjus-Saint-Raphaël, certains documentalistes et responsables TICE ont fait le choix d’installer Qwant sur le réseau de leur établissement pour tous les élèves et enseignants, en tant que moteur de recherche par défaut.
– Les « carnets de notes » proposés par Qwant sont également une fonctionnalité très pertinente en terme de méthodologie de recherche d’information, dans le même esprit que le « document de collecte » que nous enseignons à nos élèves.
– Au terme des échanges, certains collègues décident de demander l’installation de Qwant dans leur établissement.

3. Programme ERAMUS+ « Neuroscol : le cerveau au cœur de la pédagogie » :

Présentation du programme ERAMUS+ « nEuroscol : le cerveau au cœur de la pédagogie » par Christine DENEL et Florence DELCLOS, impliquées dans le projet sur le lycée Saint-Exupéry depuis septembre 2015.
Ce programme, basé sur l’apport des neurosciences sur la pédagogie, réunit un consortium de 3 établissements du bassin : le collège Léotard et la SEGPA du collège de Villeneuve sur Fréjus, et les filières professionnelles du lycée Saint-Exupéry sur Saint-Raphaël. Une trentaine d’enseignants et personnels de ces 3 établissements ont été formées à Bruxelles par l’Association « Learn to be », autour des notions de gestion du stress, gestion de conflits, et apprentissages en relation avec les dernières connaissances en neuropédagogie.
L’approche s’appelle ANC, Approche Neurocognitive et Comportementale, développé par le docteur Jacques FRADIN, fondateur et directeur de l’IME (Institut de Médecine Expérimentale).

Une Conférence Académique réunissant 150 personnes a été organisée au lycée Saint-Exupéry le 9 mars 2017, afin de poser le premier bilan de ces deux années de travail.

– L’ensemble des professeurs documentalistes se déclare très intéressé par les différents axes du projet « nEuroscol ».
– Il est souligné que ces axes explorent les fondamentaux de tout acte d’apprentissage. Ils aident l’enseignant à gérer un groupe classe et à différencier les besoins de chacun, aide les élèves à identifier leur mode privilégié d’apprentissage, leurs freins et leurs leviers de motivation. Ils constituent la base de notre posture d’enseignant documentaliste en relation avec les notions transversales de « méthodologie » au sens large du terme.
– Une stagiaire M2 actuellement en poste et présente lors de la Conférence Académique estime que ce contenu devrait être inscrit au PAF, en formation initiale.
– A la demande des collègues, il est décidé que les 3 premières revues « Les Chroniques de Neuroscol » seront envoyées par mail à tous, pour information.
– Toutes les infos sur le programme Erasmus+ nEuroscol sur la page :
https://www.facebook.com/nEuroscol-155454448139338


4. Atelier « Théorie du complot » :

Présentation par Julien SÉNÉGAS d’une synthèse sur la théorie du complot, afin d’amorcer ou de développer la formation des élèves sur ces thématiques (voir document ci-joint « De la rumeur à la théorie du complot »).
Au vu des disparités d’établissements et des publics, l’objectif n’est pas de construire une séance-type sur cette thématique, mais bien de proposer une base de réflexion afin de permettre à chacun de s’approprier ou de compléter ces notions et de finaliser son propre contenu d’enseignement.
A noter : la lutte contre les théories du complot est également la thématique quoi a été choisie pour la 2ème Journée Professionnelle, qui sera organisée en courant mai 2017, au lycée Saint-Exupéry. L’intervenant pressenti est Pascal FROISSARD, chercheur et Directeur de l’UFR « Culture et communication » à l’Université de Paris VIII.


5. Réflexion collective sur le CDI du collège de Gassin :

A la demande de la collègue, néo-certifiée et nouvellement nommée sur le poste, un moment de réflexion collective est organisé afin de l’aider à réfléchir à la mise en œuvre de plusieurs chantiers (organisation des espaces, désherbage, budget, politique documentaire…).
Les échanges sont fructueux et la collègue pourra prioriser ses objectifs, tant en terme de gestion que de pédagogie.

Ce site Web utilise des cookies et demande vos données personnelles pour améliorer votre expérience de navigation.
Aller au contenu principal