Utiliser Tectoglob3D et le retard des ondes PmP pour mettre en évidence un épaississement de la croûte sous les Alpes

Mis en avant

Travail original de Hubert Ferry et Jean-Luc Bérenguer, adapté par Jean-Luc Bérenguer et Philippe Cosentino.

Durée de l’activité : entre 50 minutes et 1h

Matériel :

  • logiciel Tectoglob3D et sa fiche technique
  • jeu de séismes alpins intégré au logiciel
  • construction géométrique expliquant comment déterminer la profondeur du Moho à partir du retard des ondes PmP

Niveau : enseignement de spécialité de 1ère

Notions et capacités du programme :

Cette activité peut être mise en oeuvre en lien avec 2 parties différentes du programme :

    • L’apport des études sismologiques et thermiques à la connaissance du globe terrestre
      • Notions : les informations tirées du trajet et de la vitesse des ondes sismiques permettent de comprendre la structure interne de la Terre (croûte – manteau – noyau …) […]  Les études sismologiques montrent les différences d’épaisseur entre la lithosphère océanique et la lithosphère continentale.
      • Capacités : Consulter et exploiter une base de données sismologiques. Traiter des données sismologiques.
    • Zones de collision :
      • Notions : l’affrontement de lithosphère de même densité conduit à un épaississement crustal.
      • Capacités : observer les profils ECORS (Étude de la Croûte Continentale et Océanique par Réflexion Sismique)

 

Introduction possible (on présente le principe de l’approche par les ondes PmP) :

Les séismes produisent des ondes de volume qui peuvent être enregistrées par des stations sismiques sous la forme de sismogrammes. Une partie de ces ondes parviennent aux stations directement, en suivant le chemin le plus court, ce sont les ondes P. Une autre partie parviendra à la station après s’être réfléchie sur le Moho, empruntant alors un trajet plus long, ce sont les ondes PmP.

Ces ondes présenteront un retard d’autant plus grand que le Moho est profond. En étudiant ce retard, on pourra en déduire la profondeur du Moho.

 

Questionnement : 

En fonction de la partie du programme, on peut poser les questionnement suivants :

L’épaisseur de la croûte continentale varie-t-elle en fonction du relief ?

ou

Comment la sismologie nous révèle-t-elle la discontinuité du Moho en région alpine ?

 

Production attendue :

La production de l’élève pourra prendre la forme d’un compte-rendu numérique composite comportant :

    • Une capture d’écran d’un sismogramme sur lequel sera reporté le retard entre les ondes P directes et les ondes PmP
    • Le détail du calcul pour une profondeur de Moho
    • Une capture d’écran d’une coupe sur laquelle seront reportées les profondeurs calculées
    • Une conclusion rédigée répondant au problème posé

Déroulement de l’activité :

Après avoir lancé le logiciel, l’élève va importer le jeu de sismogrammes intégré intitulé “Alpes (profondeur Moho)”, via le menu “Fichier”.

Un sismogramme apparaît alors (dans la fenêtre de “résultats”), ainsi qu’un menu déroulant permettant à l’élève de choisir parmi 5 événements sismiques différents (dans la fenêtre de “réglages”).

A ce stade il serait intéressant que les différents groupes d’élèves se répartissent le travail, chacun travaillant sur un événement différent. Cela permettra, à la fin de la séance, de mutualiser leurs résultats afin de disposer de plusieurs profondeurs à différents emplacements.

Après avoir coché “Afficher le temps d’arrivée théorique des ondes” dans le menu “Sismogrammes”, les ondes P et PmP sont pointées sur le sismogramme. Il est alors possible de déterminer le retard des ondes PmP par rapport aux ondes P, par une simple lecture du sismogramme (il est possible de zoomer avec la molette, et de faire défiler le sismogramme ; les valeurs temporelles apparaissent d’un simple survol de la souris).

L’élève peut ensuite calculer la profondeur du Moho à partir du retard des ondes PmP, en utilisant la formule donnée dans la construction géométrique (ce retard en faisant la différence entre le temps d’arrivée des ondes PmP et celui des ondes P directes).

Pour information, les notations utilisées dans cette formule sont :

δt : retard entre les ondes P directes et les PmP
H : profondeur du Moho
h : profondeur du foyer
Δ : distance entre l’épicentre et la station
V : vitesse des ondes P (6,25 km/s)

On peut demander à l’élève de réaliser ce calcul (long mais simple) à la calculatrice, ou lui fournir une feuille de calcul (tableur) où la formule serait déjà rentrée.

Une fois que ce calcul a été réalisé pour chaque événement sismique, le groupe classe dispose de 5 profondeurs de Moho, pour 5 emplacements différents.

L’étape suivante de l’activité consiste à reporter ces profondeurs sur le globe, sous la forme de marqueurs appelés “Objets profonds” dans Tectoglob3D.

L’élève place ce point en allant dans le menu “Actions / Ajouter un objet profond”, puis en double-cliquant approximativement à mi-chemin entre la station et l’épicentre (sur l’emplacement de la réflexion des ondes sismiques). Il doit ensuite préciser la profondeur de ce point en la saisissant dans la fenêtre “Réglages” et valider en appuyant sur entrée.

On procède de même pour les 5 événements. L’élève devra naviguer entre le menu “Actions / Ajouter un objet profond” et le menu “Sismogrammes” afin de placer correctement les 5 points.

Pour terminer, l’élève doit réaliser une coupe englobant les 5 points saisis. Il est recommandé de limiter la profondeur maximale de la coupe à 80 km.

Sur la coupe, le tracé du Moho se devine, ainsi que la racine crustale alpine. Il est possible de l’exagérer verticalement en décochant “N’exagérer que le relief”.

En conclusion :

A partir de la seule exploitation de sismogrammes, l’élève a pu mettre en évidence l’épaississement de la croûte sous les Alpes.

Cette activité, relativement simple à mettre en oeuvre, montre qu’il est possible de prospecter la structure interne du globe à partir de l’exploitation des données sismiques.

 

Liens :

Présentation de Tectoglob3d (avec sa fiche technique) :
https://www.pedagogie.ac-nice.fr/svt/?p=1526

D’autres activités sur Edumed :
http://edumed.unice.fr/fr/contents/news/teachers-room/docs-seismes

Une animation pour étudier la sommation spatiale

Mis en avant

Cette animation réalisée en HTML5 permet à l’élève de visualiser les variations de potentiel électrique d’un motoneurone soumis à des messages afférents de diverses natures.

En cliquant sur les neurones afférents, l’élève choisit le type de message véhiculé (excitateur ou inhibiteur). Il est également possible de déplacer les microélectrodes pour les rapprocher du corps cellulaire, et ainsi visualiser les PPSE/PPSI, même si ces notions ne sont pas au programme.

Lien vers l’animation :
https://www.pedagogie.ac-nice.fr/svt/productions/flash/somspat/

Adapter/convertir une activité NetBioDyn pour Edu’modèles : l’exemple d’un modèle de stratégie vaccinale

Mis en avant

Edu’modèles est largement inspiré de NetBioDyn.

Dans bien des cas il est possible d’adapter un modèle conçu pour NetBioDyn afin qu’il tourne sur Edu’modèles, module algorithmique. Continuer la lecture

Edu’modèles en version “hors-ligne”

Mis en avant

Afin de pallier d’éventuelles déficiences du réseau, nous mettons à votre disposition une version “hors-ligne” d’Edu’modèles.

Veillez à la mettre à jour au moins une fois par an, de nouvelles fonctionnalités ou des correctifs étant ajoutés régulièrement.

Lien vers la version hors-ligne :
https://www.pedagogie.ac-nice.fr/svt/productions/edumodeles/edumodeles-local.zip

Lien vers les articles traitant d’Edu’modèles :
https://www.pedagogie.ac-nice.fr/svt/?tag=edumodeles

[TraAMs] Mettre l’élève en situation de concevoir et de réaliser un modèle numérique

Mis en avant

Dans le cadre des Travaux Académiques Mutualisés (TraAM) de l’année scolaire 2018-2019, plusieurs enseignants de SVT de l’académie de Nice, sous l’égide de leur IA-IPR, ont travaillé sur le sujet de la modélisation, dans le thème plus large “SVT algorithmique et codage”.

Notre problématique était la suivante : “Quel est l’intérêt pour l’élève de concevoir ses propres modèles numériques, et comment lui permettre de les réaliser ?Continuer la lecture

Modélisation multi-agents avec Edu’modèles : principe, technique et intérêt pédagogique

Mis en avant

Par Philippe Cosentino

Contrairement à la modélisation “analytique” (qui repose sur la manipulation de variables, liées par des relations mathématiques), la modélisation par agents est abordable, intuitive, et accessible aux élèves dès le cycle 4. Continuer la lecture

Qu’est-ce qu’un modèle ?

Mis en avant

par Julien Cartier

Comme disait Saint-Augustin

Tenter de formuler une définition du modèle fait inévitablement songer à ce que Saint-Augustin disait du temps : « Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais ; si je cherche à l’expliquer à celui qui m’interroge, je ne le sais plus » (Confessions, Livre XI). Continuer la lecture